Marion Rolland a désormais un statut de leader à assumer

le
0

Marion Rolland, comment qualifieriez-vous votre saison 2011-2012 ?
Je suis satisfaite car j?ai rempli mes objectifs qui étaient de réaliser des podiums. Il n?y en a eu que deux mais je me rapproche petit à petit. J?ai terminé sixième mondiale, ma meilleure performance au général. C?était une bonne saison.

Avec ces deux podiums, les premiers de votre carrière, l?objectif de cette année sera-t-il encore plus élevé ?
C?est vrai que j?ai enfin mis les pieds sur le podium mais je n?ai pas encore atteint la plus haute marche. J?ai travaillé pour cela et j?espère pouvoir continuer dans mon évolution. Il va falloir attaquer cette saison avec de la confiance, mais le ski est tellement indécis. D?une saison à l?autre avec une météo, une neige variables et la forme du moment, chaque course peut être complètement différente. J?ai hâte de faire les premières courses et savoir où j?en suis. En même temps, c?est toujours un peu flippant d?attaquer une saison car je ne sais pas où je me situe suis pas rapport aux autres filles.

Ressentez-vous une attente plus importante du public ?
J?ai un statut que je n?avais pas avant, c?est certain. Auparavant j?avais celui d?outsider, alors que maintenant, j?ai vraiment un statut de leader que je dois assumer.

Comment s?est passée votre préparation pendant l?été ?
On a débuté assez tard puisque la dernière Coupe du monde s?est terminée fin mars, avant de faire quelques courses aux championnats de France début avril. On a continué à skier jusqu?à fin mai sur les glaciers européens. On a eu un court repos avant d?attaquer la préparation physique. Jusqu?à septembre, on a fait deux mois de préparation physique intenses sans chausser les skis en Amérique du Sud. Depuis, on a fait uniquement du ski avec un stage à Ushuaia basé sur la technique. Enfin, au Chili, on a fait un « gros bloc » de vitesse avec Super-G, descente et une journée de géant pour se remettre dedans.

« Je ne me suis pas dopée, je me suis juste pété le genou »

Cette saison, quelles seront les pistes où l?exploit sera possible ?
J?aimerais avant tout viser un podium sur le général de la Coupe du monde. Etre régulière et montrer que je peux tenir toute la saison sur chaque course, c?est presque plus important que les événements d?un jour. Hormis cela, évidemment les championnats du monde seront l?une de mes priorités. Ils se dérouleront sur la piste de Schladming, une piste qui m?a réussi la saison passée (ndlr : deuxième en descente et troisième en Super-G).

Ces deux podiums sont survenus deux ans après votre accident à Vancouver, comment expliquez-vous cela ?
Pour un skieur, une blessure au genou, c?est presque une blessure « normale ». Je connaissais déjà le protocole car c?était mon deuxième accident du genou. J?ai essayé de ne pas trop me prendre la tête et de vivre au jour le jour. L?évolution s?est plutôt bien passée pour moi car je n?ai pas eu de complications. J?ai surtout essayé de faire abstraction de tout ce qui s?était passé et dit (ndlr : Marion Rolland avait fait le buzz sur Internet car elle avait chuté juste quelques mètres après le départ). J?ai essayé d?en lire le moins possible même si on tombe, bien malgré nous, sur des articles virulents. Ça a été difficile de se faire autant critiquer pour un fait totalement indépendant de ma performance. Je ne me suis pas dopée, je me suis juste pété le genou?

Ces critiques ne vous ont-elles pas motivée davantage ?
Beaucoup de gens ont parlé d?une revanche avec les podiums obtenus à Schladming. Mais je ne l?ai jamais vu comme cela. Je sais le travail que j?ai dû fournir pour les obtenir. Ce n?était pas une revanche mais une normalité grâce au travail fourni. Je n?ai de compte à rendre à personne. Je ne voyais pas l?intérêt de porter de l?importance à ce qui s?était dit.

Propos recueillis par Nicolas GUIGUES

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant