Marion Maréchal-Le Pen, un pied dans la campagne, un pied dehors

le
1
Marion Maréchal-Le Pen, députée FN, à Moscou, le 16 novembre 2016 ( AFP / Natalia KOLESNIKOVA )
Marion Maréchal-Le Pen, députée FN, à Moscou, le 16 novembre 2016 ( AFP / Natalia KOLESNIKOVA )

Marion Maréchal-Le Pen, absente de la photo de famille de l'équipe de Marine Le Pen pour la présidentielle pour cause de déplacement à Moscou, a un pied dans la campagne de sa tante, un autre en dehors.

La présidente du FN a présenté mercredi à Paris son siège et une partie de son équipe de campagne, en l'absence remarquée de sa nièce, avec laquelle elle nourrit certaines divergences idéologiques. Un proche de Mme Le Pen a évoqué un "calage d'agenda malencontreux, plutôt de notre faute". La jeune députée l'a confirmé à Moscou à l'AFP: "Marine Le Pen a parfaitement compris et ne m'a pas demandé d'annuler."

Des agendas contrariés, déjà, l'avaient empêchée d'être présente à la rentrée de Marine Le Pen, début septembre en Haute-Marne.

Comme après le congrès du FN à Lyon, fin 2014, où elle était pourtant arrivée première au suffrage des militants (qui ne pouvaient voter pour Marine Le Pen), la nièce ne semble pas rentrer dans l'équipe rapprochée de la tante pour 2017.

Elle figure bien dans le "conseil stratégique" dévoilé mercredi, mais avec peu de soutiens, contrairement à ceux plus nombreux de Florian Philippot.

Pas sûr donc qu'elle soit impliquée dans le quotidien de la campagne: "Elle n'a pas le temps, elle a l'Assemblée nationale, sa circonscription..." justifie son entourage.

"Marion est +in et out+ dans la campagne. Vous la voyez aller défendre l'interdiction sur la voie publique de tout signe religieux, la sortie de l'euro en six mois, l'État-stratège et le commissariat général au plan? C'est intenable", décrypte un soutien.

Pour un proche de Marine Le Pen, Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen auront de toute manière un statut à part dans la campagne: "Ils joueront leur rôle de +Florian+ et +Marion+, pas plus, pas moins", par exemple en prenant leur bâton de pèlerin pour des réunions publiques pendant la campagne.

Derrière ces deux figures, c'est une fois de plus la question de l'équilibre politique défendu par Marine Le Pen pendant sa campagne qui pose question, entre le libéralisme économique, teinté de radicalité identitaire, de Marion Maréchal-Le Pen, et l'Etat-stratège promu par Florian Philippot, moins porté sur les questions sociétales et d'identité.

Avec une équipe resserrée sur les proches de Marine Le Pen, on frise "l'église de +lepénologie+", s'inquiète le même soutien de la cheffe de file FN en Paca.

Pour certains "marionistes", pourtant, une présence discrète dans la campagne permet de ne pas être comptable du score futur de Marine Le Pen à la présidentielle (et d'une défaite éventuelle), et autorisera, au congrès du FN qui suivra, fin 2017, à remettre en cause la "ligne Philippot"... qui est pourtant aussi celle de Marine Le Pen.

- Guère de désaccord, pour Marine Le Pen -

Cette dernière balaie ces questions en petit comité: "Au FN, on met vingt mecs autour d’un banquet et ils se tapent dessus avec des poissons. Mais le niveau de désaccord dans mon équipe est infiniment moins important qu'ailleurs."

D'ailleurs, à Moscou, sa nièce se fait parfaite porte-parole de Marine Le Pen: elle dit son espoir d'une nouvelle "diplomatie multipolaire" dès le printemps prochain avec Marine Le Pen, Vladimir Poutine et le nouveau président américain Donald Trump, évoque le "destin commun" franco-russe, les sanctions "injustes" contre Moscou, la reconnaissance de la Crimée comme russe...

Marion Maréchal-Le Pen devant le monument en mémoire du régiment de chasse Normandie-Niémen &agra
Marion Maréchal-Le Pen devant le monument en mémoire du régiment de chasse Normandie-Niémen à Moscou, le 16 novembre 2016 ( AFP / Natalia KOLESNIKOVA )

Outre les entretiens télévisés à des heures de grande écoute, la députée du Vaucluse a tenu conférence au MGIMO, le Sciences-Po moscovite, et selon son équipe a rencontré le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, le premier vice-président de la Douma, ou un nouveau visage de la Russie de Poutine, Natalia Poklonskaïa, députée interdite d'entrée dans l'UE.

Elle a aussi déposé une gerbe au monument en mémoire du fameux régiment de chasse Normandie-Niémen. Des rencontres ont toutefois été annulées à la dernière minute.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3039634 il y a 3 semaines

    Marion fait à Hollande et Ayrault une magnifique démonstration de Politique Etrangère : Le FN, premier Parti de France, a de bonnes relations tant avec la Russie qu'avec les US !