Marion Maréchal-Le Pen dénonce les «calculs politiciens sans avenir» de son grand-père

le , mis à jour à 11:18
0
Marion Maréchal-Le Pen dénonce les «calculs politiciens sans avenir» de son grand-père
Marion Maréchal-Le Pen dénonce les «calculs politiciens sans avenir» de son grand-père

Marion Maréchal-Le Pen, désormais presque aussi populaire que sa tante Marine auprès des sympathisants du FN, balaie l'actualité.

 

Le parquet a demandé le renvoi de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bygmalion. Ça vous étonne ?

MARION MARÉCHAL-LE PEN. Je respecte la présomption d'innocence, mais manifestement il y a quand même suffisamment de preuves pour qu'il y ait des poursuites. Au-delà de cette affaire qui va continuer à rebondir, il est tout de même invraisemblable qu'un homme dont les comptes de campagne ont été annulés, qui a violé la loi, puisse se présenter en toute conscience devant le suffrage des Français.

 

Samedi, Marine Le Pen a beaucoup cogné sur lui. Le FN le redoute tant que cela ?

Il a été un mauvais dirigeant, mais reconnaissons que c'est un très bon candidat. Il sait faire campagne, sans jamais se départir de son incroyable culot. Le voir se draper en chantre de l'identité française, après le bilan qui a été le sien à l'Elysée sur les questions d'immigration et de sécurité, c'est stupéfiant. Il ne doute de rien.

 

Il cherche surtout à récupérer ses électeurs qui sont partis au FN. Ça peut marcher ?

La ficelle n'est pas grosse, elle est énorme. C'est même une corde ! Je ne comprends pas sur quelle légitimité il va s'appuyer. Mais Nicolas Sarkozy a une force médiatique indéniable, alors on reste vigilants.

 

L'université d'été du FN se déroule à Fréjus les 17 et 18 septembre. N'est-ce pas un peu tard pour un parti qui aspire à être au pouvoir en 2017 ?

Pas du tout. Nous avons décidé de ne pas être contraints par le temps médiatique. Vu les circonstances dramatiques qui touchent le pays, on a besoin de temps pour travailler sur nos idées. Pas comme nos adversaires qui sont actuellement secoués par une guerre des ego terrible, entre une primaire de revenants à droite et une primaire de fantômes à gauche.

 

«Je dispose vendredi mon dossier pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant