Mario Monti hausse le ton contre l'Allemagne

le
2
Il met en garde contre la montée d'un sentiment germanophobe en Europe.

De retour d'un périple européen, Mario Monti hausse le ton contre Berlin. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Der Spiegel, le président affirme en substance que l'Italie n'a pas besoin de l'argent des Allemands. Il se dit «inquiet» de la montée d'un sentiment germanophobe en Europe. Et réaffirme au passage sa détermination à gouverner jusqu'au terme de son mandat, en avril 2013.

Jusqu'à présent, le «Professore» s'était gardé de s'ériger en censeur de l'orthodoxie monétaire allemande. Au contraire, depuis l'arrivée de François Hollande à l'Élysée, on l'avait plutôt vu en position de médiateur entre le président français et Angela Merkel. Cela avait été le cas à Rome lors de rencontres qui ont servi à préparer le Conseil européen des 28 et 29 juin. Mais, en bon économiste européen, Mario Monti craint par-dessus tout le repli de l'Allemagne sur elle-même et son retour au nationalisme monétaire, qu'incarne la Bundesbank. Aussi a-t-il ressenti l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 le mardi 7 aout 2012 à 14:22

    Il hausse le ton plus pour se faire entendre que contre l'Allemagne. Politique ... quand tu nous tiens ...!

  • M4261473 le mardi 7 aout 2012 à 13:42

    Esperons que l'allemagne reste ferme face à ces politiciens qui n'ont qu'une seule idée augmenter les impots sans faire les réformes necessaires;