Mario Gaspar, du bois au Bosque

le
0
Mario Gaspar, du bois au Bosque
Mario Gaspar, du bois au Bosque

Petit dernier de la sélection de Vicente del Bosque, le jeune latéral droit de Villarreal s'est distingué en mondovision par un golazo face à l'Angleterre. Aujourd'hui sur le devant de la scène, il était pourtant considéré il y a de ça trois ans comme trop faible pour la deuxième division.

La mine grave, les traits tirés, Vicente del Bosque s'avance en salle de presse du stade José Rico Pérez, la mine déconfite. "Je ne connais pas les détails, mais profiter du football pour semer la violence est affreux. Je me sens triste face à la situation que connaît la France", soupire un sélectionneur espagnol pour qui la victoire face aux Three Lions, nette et sans bavure, semble déjà lointaine. Quelques instants plus tard, une question lui redonne enfin le sourire. Mario Gaspar, buteur fantasque une heure auparavant, se retrouve encensé par le coach de la Roja : "En plus d'être bon en défense, il a montré avec cette réalisation, ainsi que celle face à l'Ukraine, qu'il était très bon en attaque." Avec deux pions en autant de capes, le jeune latéral droit de Villarreal s'impose comme un sérieux concurrent au duo de Madrilènes Juanfran-Carvajal. Surtout, le natif de Novelda, pueblo de la région d'Alicante, prend de court tous les observateurs de la Liga. Considéré comme faiblard pour la Liga Adelante, il se retrouve aujourd'hui aux portes du voyage français de l'été prochain. Un renversement de situation qui s'applique également à son club formateur, Villarreal.

Son retourné acrobatique face à l'Angleterre

Marcelino : "L'équipe, ce sera Mario et dix autres"


Lorsqu'il prend les commandes du Submarino Amarillo en janvier 2013, Marcelino Garcia Toral se retrouve face à un défi imposant. Villarreal, monument en péril, coince sévère dans sa course à la remontée immédiate et peine à s'extraire du ventre mou. Ses premiers choix, forts, poussent ainsi un jeune latéral, pourtant déjà professionnel, au bord du précipice. Mario Gaspar, tricard car considéré comme trop frêle pour la Segunda, ne répond pas aux attentes de l'exigeant Asturien qui pense à le vendre. Deux semaines et une dizaine de séances d'entraînement plus tard, le discours diffère du tout au tout. "L'équipe, ce sera Mario et dix autres", glisse-t-il à ses adjoints. Entre-temps, Marcelino prend conscience du potentiel du jeune canterano, dont le travail incessant…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant