Mario Draghi rassure, les banques grecques s'envolent

le
5

Pour Mario Draghi, la croissance revient en Europe, mais pas encore l'inflation.
Pour Mario Draghi, la croissance revient en Europe, mais pas encore l'inflation.

Le président de la BCE, Mario Draghi, s'exprimait cet après-midi devant le Parlement européen, réaffirmant son optimisme sur la croissance européenne et son soutien aux établissements financiers en difficultés.

« Les indicateurs récents montrent que la croissance se renforce », a affirmé Mario Draghi lors de son intervention de lundi 23 mars devant la commission des affaires économiques et monétaires du parlement Européen, rapportait en cours d'après-midi Le Figaro.

Pas de retour immédiat à l'inflation en zone euro

Pour le président de la Banque Centrale Européenne, cette amélioration des perspectives n'est pas étrangère au plan de relance monétaire mis en place récemment au sein de la zone euro. Pour rappel, la BCE a lancé son plan de « quantitative easing » (rachat d'actifs sur les marchés) il y a deux semaines avec plusieurs objectifs : contrer la déflation, affaiblir l'euro et ainsi relancer indirectement l'économie européenne.

Pourtant, le premier objectif visant à contrer la déflation ne devrait pas se réaliser à court terme. Mario Draghi a ainsi déclaré que « l'inflation dans la zone euro restera très faible ou négative au cours des mois à venir parce que la baisse récente des cours du pétrole continuera d'influencer les statistiques jusqu'à plus tard dans l'année », rapportait l'agence Reuters.

Pour rappel, l'objectif de la BCE défini dans ses statuts est d'essayer de maintenir en zone euro une inflation « proche mais légèrement inférieure à 2% ». De fait, l'inflation est actuellement loin de cet objectif, s'affichant en territoire négatif à -0,2% en glissement annuel au mois de février 2015.

Il faudra donc attendre la fin de l'année 2015 et même les années suivantes pour voir la trajectoire de l'inflation s'inverser plus nettement selon le président de la BCE, qui estimait dans son discours que la hausse des prix sera soutenue « par la demande globale, par l'impact de la baisse du taux de change de l'euro et par la reprise des cours du pétrole au cours des années à venir par rapport aux points bas actuels ».

Message rassurant sur le soutien aux établissements financiers

Alors que la plupart des journaux économiques titraient encore la semaine dernière sur un possible défaut de la Grèce qui peine à rembourser sa dette alors que les rentrées fiscales diminuent, Mario Draghi a tenu à rassurer les investisseurs. « Des mesures supplémentaires pourraient être prises pour renforcer les fonds propres et la liquidité des banques » a-t-il affirmé, visant sans les nommer les banques grecques, rapportait toujours Le Figaro en cours d'après-midi.

Profitant de ce message de confiance, la Bourse d'Athènes a terminé la séance en hausse de 2,97%. Les quatre valeurs bancaires de l'indice Athex ont signé de bonnes performances avec +10,76% pour Alpha Bank, +11,63% pour Eurobank, +8,91% pour la Banque du Pirée et +5,88% pour la Banque Nationale.

X. Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le vendredi 27 mar 2015 à 10:45

    AIE AIE !

  • ccondem1 le lundi 23 mar 2015 à 18:38

    "La croissance se renforce", on dirait du Mhollande !

  • pdecour1 le lundi 23 mar 2015 à 18:32

    Bien sur, c'est nous qui payons.Avec la baisse de l'euro, nous avons perdu environ 30 pour cent de pouvoir d'achat. La planche à billet tourne à fond mais nos politiques n'en ont rien à faire, il suffira d'augmenter les impôts. N'oublions pas que l'argent distribué par la BCE vient de nos portefeuilles. Et ça va continuer...........

  • jbellet le lundi 23 mar 2015 à 18:29

    jusqu'à quand va t'on assister les grecs?

  • soulamer le lundi 23 mar 2015 à 17:34

    fais leur un cheque directement ca cloturera la serie