Mario Draghi et la BCE volent au secours de la zone euro

le
0
La BCE a annoncé un rachat illimité de dettes de la zone euro. Mais les conditions fixées sont si sévères qu'elles risquent de décourager l'Espagne et l'Italie.

Malgré une pression folle, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), n'a pas déçu les marchés. Dédaignant les taux d'intérêt laissés inchangés à 0,75%, «Super Mario» a détaillé le programme de rachat «illimité» de dettes d'État en faveur de l'Espagne et de l'Italie, validé par le Conseil des gouverneurs. Seul le banquier central allemand a voté contre. Mais le «faucon» Jens Weidmann avait annoncé la couleur depuis deux mois. Son objection n'est pas allée jusqu'à la démission, ce qui aurait eu l'effet d'un coup de tonnerre à Francfort.

Inédite car «illimitée» a priori, la décision de la BCE a fait bondir les Bourses européennes. La place de Madrid s'est envolée de 4,9%; Milan a bondi de 4,3%, alors que le CAC 40 a gagné plus de 3%, dépassant la barre 3500 points. Les valeurs bancaires ont profité des annonces faites à Francfort, sources de soulagement pour leurs bilans chargés d'obligations d'État.

«C'est le spectre d'une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant