Mario Draghi dit que les taux de la BCE resteront durablement bas

le
0
MARIO DRAGHI RÉAFFIRME LA POLITIQUE DES TAUX BAS DE LA BCE
MARIO DRAGHI RÉAFFIRME LA POLITIQUE DES TAUX BAS DE LA BCE

BRUXELLES (Reuters) - Un relèvement des taux d'intérêt de la Banque centrale européenne n'est pas justifié actuellement et risquerait de déstabiliser l'économie, a estimé lundi le président de la BCE Mario Draghi, redisant que les taux resteraient bas pour "une période prolongée".

Deux hauts responsables européens ont déclaré samedi que la décision de la BCE de rompre avec sa tradition en livrant une "communication avancée" était conforme à son mandat, atténuant ainsi la portée du changement de posture de la BCE entrevue dans la conférence de presse mensuelle de Mario Draghi jeudi.

Dans une allocution prononcée lundi devant la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen, Mario Draghi a justifié le comportement de la BCE.

"Après sa réunion de juillet, le Conseil des gouverneurs a souligné que l'orientation de la politique monétaire va vers un maintien du degré d'accommodation justifié par les perspectives en matière de stabilité des prix et la promotion de conditions de marché stables", a-t-il dit.

"Il a redit que l'orientation de la politique monétaire resterait accommodante aussi longtemps que nécessaire. Qui plus est, le Conseil des gouverneurs a affiné sa communication en disant s'attendre à ce que les taux directeurs de la BCE restent à leurs niveaux actuels, ou plus bas, pour une période prolongée."

La BCE a laissé jeudi ses taux inchangés, mais son président a dit que la question d'une baisse avait été évoquée.

Interrogé sur la question soulevée le mois dernier par la Banque internationale des règlements, qui juge que plus longtemps les banques centrales maintiendront leurs politiques accommodantes, plus elles auront du mal à en sortir, il a dit qu'il serait difficile d'être en désaccord avec cette position.

Il a toutefois ajouté "qu'au regard de la stabilité des prix et de la situation de l'économie dans de nombreuses parties du monde, des taux d'intérêt plus élevés ne sont actuellement pas justifiés."

Evoquant les pays les plus en difficulté de la zone euro, et prenant en exemple le cas portugais, Mario Draghi a souligné que la consolidation budgétaire était et restait inévitable.

"Le Portugal est l'exemple du pays dans lequel la situation économique reste tendue et où la détresse sociale est grande", a-t-il dit.

"Ce que la BCE a fait, c'est, en somme, dire: 'ne remettez pas en question les efforts que ces pays, tout particulièrement le Portugal, ont déployés en matière de consolidation budgétaire. Mais faites en sorte que la consolidation soit favorable à la croissance. Baissez les taxes, baissez vos dépenses courantes, faites des réformes structurelles'."

Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant