Mario Draghi continue à faire fausse route

le
0

(AOF) - L'analyse de Nathalie Janson est iconoclaste. Alors que les marchés réclament de nouvelles mesures fortes de la BCE pour relancer la croissance, l'économiste & enseignant-chercheur à la NEOMA Business School plaide le contraire. Selon elle, il serait urgent que la BCE cesse toute action. L'activisme monétaire qui a gagné l'ensemble des principales banques centrales est sans doute le pire obstacle aux conditions de reprise saines de l'activité économique et ce pour plusieurs raisons.

Selon elle, cet activisme fausse le prix des actifs en créant une demande artificielle. Il créé par ailleurs une distorsion des primes de risque en aplatissant la courbe des taux. Enfin, il créé un cercle vicieux dans lequel les investisseurs sont dans l'attente des annonces de la BCE qui se veut rassurante mais paradoxalement contribue à la nervosité des marchés.

Pour Nathalie Janson, la BCE devrait pour stabiliser la croissance n'intervenir que sur les leviers du crédit - une résurgence des vieilles méthodes de contrôle du crédit - plutôt que racheter massivement des titres d'Etat, une action qui finalement ne fait que remettre en cause son indépendance.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant