Mario Draghi a réussi à faire fléchir l'euro

le
0
Le président de la Banque centrale européenne reconnaît que la hausse de l'euro l'inquiéterait si cela devait remettre en cause la stabilité des prix. Autrement dit si la zone euro entrait dans un cycle déflationniste.

La Banque centrale n'a pas d'objectif de taux de change et son seul souci est la stabilité des prix. Telle est la doctrine officielle traditionnelle que Mario Draghi a réaffirmée, ce jeudi, à l'issue de la réunion mensuelle des gouverneurs de la BCE.

Mais la stabilité des prix à la consommation doit s'entendre dans les deux sens. Qu'ils n'augmentent pas trop vite, ce qui est une évidence, mais qu'ils ne s'effondrent pas non plus. En clair qu'ils ne s'écartent pas de l'objectif de progression annuelle de 2% des prix à la consommation dans l'Euroland.

Avec une habileté consommée digne d'un jésuite romain, Mario Draghi a rappelé cette seconde acception du mot «stabilité». Il a admis que la BCE examinerait la situation. «L'appréciation (...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant