Marine Le Pen voit 15 villes gagnables par le FN

le
5
LE FN PRÊT À CONQUÉRIR D?AUTRES VILLES AU 2ND TOUR
LE FN PRÊT À CONQUÉRIR D?AUTRES VILLES AU 2ND TOUR

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen estime qu'une quinzaine de villes sont gagnables dimanche, au second tour des élections municipales, par le Front national dont elle veut faire un "grand mouvement patriote, ni de droite, ni de gauche" capable d'arriver au pouvoir.

Dans une interview au Monde daté de samedi, la présidente du FN dresse une feuille de route pour ses futurs maires et conseillers municipaux, qui devront être vertueux, respectueux de l'opposition et "tenir leurs promesses".

"Nous avions envisagé plus de quinze villes gagnables, nous en avons effectivement une quinzaine", assure-t-elle.

Le FN, qui a déjà remporté au premier tour Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), est arrivé en tête dans 17 villes de plus de 10.000 habitants.

Ses scores élevés de dimanche dernier dans certaines villes "laissent potentiellement augurer des victoires à Béziers, Saint-Gilles, Cogolin ou Fréjus par exemple", a dit jeudi l'Ifop dans une analyse de la percée du FN.

En revanche, le candidat FN est donné perdant à Perpignan face à son concurrent de droite, selon le même institut.

Au-delà des villes gagnées, le scénario idéal du second tour serait, pour le FN, de démontrer qu'il a encore des réserves à droite comme à gauche, affirme Marine Le Pen.

"Cela fera comprendre à nos électeurs que l'on peut gagner demain, à n'importe quelle élection".

Le parti frontiste a maintenu ses candidats partout où il le pouvait au second tour à l'exception de deux villes où ses listes ont fusionné avec des divers droite.

Priée de dire si le positionnement "ni droite, ni gauche" du FN ne l'empêche pas de passer des alliances, Marine Le Pen estime qu'il correspond à l'attente des Français.

"Dans notre électorat, il y a des déçus de l'UMP et des déçus du PS. Nous sommes à l'année zéro d'un grand mouvement patriote, ni de droite, ni de gauche, qui fonde son opposition à la classe politique actuelle", explique-t-elle.

Pour la dirigeante du FN, la montée de sa formation face au PS et à l'UMP amorce une tripolarisation de la vie politique, mais la Ve République imposera à nouveau une bipolarisation qui verra sa formation seule face à une coalition des partis actuels.

"Cela se fera entre l'UMPS d'un côté et le Front national-Rassemblement Bleu Marine (RBM) de l'autre", prédit-elle.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 28 mar 2014 à 14:40

    On a le bilan de l'U*M*P**S depuis 40 ans. Attendons celui du FN. Après on pourra en parler.

  • 66michel le vendredi 28 mar 2014 à 13:50

    En règle générale c'est surtout à gauche que l'on trouve les gens à problèmes, les assistés, et les fonctionnaires.

  • 66michel le vendredi 28 mar 2014 à 13:46

    ben206 @ les "casos" et les "incultes", ils sont comme cégétistes et autres syndiqués sans cervelles, ils votent à gauche, où du moins, là le "parti" leur demande de voter.

  • M9374959 le vendredi 28 mar 2014 à 13:15

    et après ,les mêmes éliront des députés européens FN qui ont pour programme de casser l'union européenne :-(((

  • ben206 le vendredi 28 mar 2014 à 12:54

    ouah ca fait peur, comme quoi il y a sacré paquet de ''casos'' et d'incultes....