Marine Le Pen veut placer le FN au centre du jeu politique

le
2
MARINE LE PEN PRÉSENTE LE FN COMME "LA SEULE FORCE POLITIQUE PORTEUSE D'ESPOIR"
MARINE LE PEN PRÉSENTE LE FN COMME "LA SEULE FORCE POLITIQUE PORTEUSE D'ESPOIR"

par Jean-François Rosnoblet

PARIS (Reuters) - La présidente du Front national, Marine Le Pen, s'est présentée dimanche à Marseille en leader de la "seule force politique porteuse d'espoir" selon elle en France face à une gauche et une droite "en échec parce que partisanes".

Dans un discours d'une heure et quart en conclusion de l'université d'été du FN, elle s'est félicitée d'avoir placé son parti au "centre des discussions" politiques, alors que des propos de l'ex-Premier ministre UMP François Fillon ont allumé une énième polémique sur les rapports droite-extrême droite.

"L'obsession qu'ils ont pour nous est un nouveau point commun entre l'UMP et le PS. Quel que soit le sujet abordé, nous sommes au centre des discussions", a-t-elle ironisé, dénonçant un "système à bout de souffle, à bout de course".

Elle a renvoyé dos à dos un Parti socialiste qui veut "se lancer dans la déconstruction" du programme de son parti et une droite qui "passe son temps à se regarder le nombril".

"Qu'ils viennent, nous les attendons avec gourmandise", a poursuivi Marine Le Pen, qui a affiché sa confiance pour les scrutins de 2014 "et les suivants".

Elle reste globalement impopulaire en France avec 65% d'opinions négatives. Mais sa cote de popularité grimpe fortement auprès des sympathisants de droite (de 34% à 56%, +22 points) selon un sondage BVA pour Le Parisien.

Quant aux intentions de vote, elles augmentent de 13 points parmi les sympathisants de droite (de 40% à 53%) et de 15 points parmi les seuls sympathisants UMP (de 25% à 40%).

"Les sondages, nous nous en satisfaisons comme d'un encouragement", a commenté la présidente du FN.

Tout au long du week-end, le Front national a clamé sa volonté de ravir des mairies et de bousculer le PS et l'UMP lors des élections municipales de 2014, pour lesquelles le parti a déjà investi 623 têtes de liste qui ont pour mission de faire élire des centaines de conseillers municipaux.

Les scrutins de 2014 - les européennes suivront les municipales - sont aux yeux de Marine Le Pen "autant d'opportunités d'amorcer un virage aussi radical que salutaire pour la France".

"Les maires et les conseillers municipaux que nous ferons élire seront l'avant-garde de cette nouvelle donne politique", a souligné la députée européenne.

Elle veut durablement inscrire le FN dans un maillage politique du territoire, en surfant notamment sur les thèmes récurrents du parti d'extrême-droite, l'insécurité et l'immigration.

"TERRORISME DES RUES"

Profitant de sa présence à Marseille, elle a pris la deuxième ville de France, théâtre de règlements de comptes à répétition, comme exemple d'une "partie du territoire hors de la république, hors de l'Etat de droit", en proie à une "violence (qui) s'apparente de plus en plus à un terrorisme des rues".

"Il n'y a pas d'exception marseillaise, il y a une préfiguration marseillaise", a-t-elle clamé devant plusieurs milliers de militants. "Il suffit de lire les faits divers, la gangrène criminelle s'étend peu à peu à toute la France."

Dans l'optique des élections européennes de mai 2014, que le FN rêve de boucler en tête, Marine Le Pen a aussi livré sa vision d'une "France libre".

"Je ne permettrai à personne, à aucun pays, de décider à la place de la France qui est fréquentable et qui ne l'est pas", a-t-elle dit. A propos de la crise syrienne, elle a accusé la diplomatie française d'avoir ridiculisé une "France maîtresse des USA devenue catin d'émirs bedonnants".

La présidente du FN a enfin repris les principaux points du programme de son parti sur l'Europe, prônant une "remise en cause sans délai de l'Union européenne" et proposant un référendum pour "demander aux Français leur avis sur une appartenance à l'UE".

"On ne peut rien faire sans défaire cette union européenne ", a-t-elle souligné.

Edité par Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le dimanche 15 sept 2013 à 19:18

    Suite ...par contre s'il permet un sursaut des autres partis par l'abandon du clientélisme, de la démagogie, de la politique de l'assistanat et par l'adoption d'une vrai politique libérale agrémentée d'un social qui permet aux assistés de retrouver une dignité humaine. Ce sera bien !

  • M5062559 le dimanche 15 sept 2013 à 19:16

    Oui cela devient évident le FN va faire mal aux autres partis. personnelement je crois que ces idées sont extremement dangereuse : sortie de l'euro, isolationisme, soutien aux dictateurs de tout poil par la neutralité, étatisme économique, ....