Marine Le Pen persiste sur l'avortement de confort

le
5
MARINE LE PEN PERSISTE ET SIGNE SUR L'AVORTEMENT DE CONFORT
MARINE LE PEN PERSISTE ET SIGNE SUR L'AVORTEMENT DE CONFORT

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen a brisé jeudi le consensus au Forum ELLE/Sciences Po à Paris en réaffirmant son opposition aux "avortements multiples", pratiqués à ses yeux comme un moyen de contraception, ainsi qu'aux quotas de femmes en politique.

La candidate du Front national s'est attirée des critiques pendant la campagne présidentielle en proposant de dérembourser les "avortements de confort", un terme qui lui a été vivement reproché par ses adversaires.

Prenant la parole devant les étudiants de sciences politiques, dont certains lui ont tourné le dos, Marine Le Pen, qui n'a pas démordu de ses convictions, a assuré qu'elle ne voulait pas remettre en cause l'avortement mais "des dérives".

"Ce sont les femmes qui utilisent l'avortement comme un moyen de contraception, il y a des femmes qui font deux, trois, parfois quatre avortements. Ca existe ! Pourquoi se cacher la réalité ?", a-t-elle dit, déclenchant quelques huées.

La dirigeante du FN a affirmé que Simone Veil, qui a fait adopter la loi dépénalisant l'avortement, promulguée en 1975, destinait l'avortement aux femmes dans le plus grand dénuement et n'envisageait pas un "avortement de confort".

Marine Le Pen, qui a été aussi applaudie à plusieurs reprises, a proposé l'adoption pré-natale, qui "peut rassurer ces mères qui pour des raisons X ou Y ne veulent pas avorter".

La candidate FN, qui plaide notamment pour la mise en place d'un "salaire parental" à hauteur de 80% du Smic pour les mères et les pères au foyer, s'est défendue de véhiculer une image rétrograde de la femme. "Moi j'ai toujours travaillé, ce n'est pas moi qui vais renvoyer les femmes à la maison !", a-t-elle dit.

Elle s'est déclarée hostile à un ministère des droits de la femme : "On n'est pas une espèce à protéger". Elle a également souligné qu'elle ne remettrai pas en cause le PACS, (pacte civil de solidarité).

Concernant les femmes en politique, la présidente du FN a redit son opposition à la loi sur la parité, principe qu'elle juge "contraire à la méritocratie républicaine", qui permet d'accéder à des postes en fonction du mérite.

Elle a insisté sur les "conséquences perverses", à ses yeux, de réserver une part des candidatures aux femmes, des partis préférant payer les amendes prévues par les textes plutôt que de respecter la loi.

Selon elle, les femmes "qui ont compté en politique" n'ont pas eu besoin de la loi sur la parité.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • garaffa le jeudi 5 avr 2012 à 18:37

    IL est grand temps que quelq'un(e) mette un peu d'ordre dans le capharnaum d'associations etde lois obsolètes de la maison FRANCE,y compris le nombre exessif de députés et sénateurs.A mon avis ils en sont tous conscients mais aucun des Candidats, sauf une n'en parle.

  • garaffa le jeudi 5 avr 2012 à 18:29

    Il est grand temps que quelqu'un(e) mette un peu d'ordre dans le d'associatios et de loisobsolètes dans la maison FRANCE ,y compris le nombre exessif de députés et senateurs.A mon avis ils en sont tous conscients mais aucun des Candidats sauf une n'en parle.

  • Feradur le jeudi 5 avr 2012 à 17:44

    Avortement de confort ???Je connais plein de femmes trop paresseuses pour prendre la pillule et qui préférent se faire avorter. Remarquez se faire opérer du coeur c'est aussi du confort. Remplacer une hanche c'est pareil. La Marine est un peu obligé de faire de la surenchére, car elle se fait piquer son electorat par le Sarko !!!Il y a 2 mois elle essayait d'avoir une image correcte, mais le naturel revient au galop.

  • jmidy le jeudi 5 avr 2012 à 17:34

    Bravo Marine, vive 2012 !Le bon sens et la clairvoyance ne déclenche des injures que chez les évaporés "bien pensants" et surtout bien soumis à des idéologies collectivistes d'autres temps qui ont malheureusement fait leurs preuves.

  • LeRaleur le jeudi 5 avr 2012 à 17:31

    Le c*o*n*n*a*r*d.