Marine Le Pen : «Notre pays n'a ni les moyens ni l'envie d'être plus généreux...»

le , mis à jour à 19:12
1
Marine Le Pen : «Notre pays n'a ni les moyens ni l'envie d'être plus généreux...»
Marine Le Pen : «Notre pays n'a ni les moyens ni l'envie d'être plus généreux...»

A l'université d'été du FN ce dimanche à Marseille, pour son discours de clôture la présidente du parti frontiste a tout misé - comme promis - sur le dévoilement des grands sujets de campagne des régionales de décembre, mais aussi de 2017. Marine Le Pen, devant près de 3 500 personnes, a d'ailleurs ouvert sur ce thème. «Nous n'avons pas peur de perdre ! », a-t-elle clamé, pointant la «débandade» des candidats de la droite et du PS, terrorisés selon elle par la «fessée» à venir. Selon Marine Le Pen, le pouvoir ne tient que par le silence de la majorité des Français. Nous sommes prêts à gouverner, a-t-elle répété. 

"Ce pouvoir ne tient debout que parce que le peuple ne dit rien. Sans le silence de la majorité, il n'a plus de pouvoir." #UDTFN— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 6 Septembre 2015

Balayant ensuite brièvement la quasi-intégralité de ses thèmes de prédilection, Marine Le Pen est d'abord revenue longuement sur la question de l'école. Citant Jules Ferry - «L'école doit être un sanctuaire où le bruit de la société n'entre pas» -, elle a insisté sur le «bourrage de crâne des écoliers» contre la laïcité, notamment à cause d'associations comme SOS Racisme.

Vent debout contre la réforme des rythmes scolaire, consistant selon elle à faire des «ateliers de pâte à modeler et de macramé», Le Pen a promis que cette «réforme stupide serait supprimée lorsque nous arriverons au pouvoir». Réfutant un à un ses arguments, la présidente du FN à tiré à boulets rouge contre Alain Juppé et ses propositions pour l'école.

Migrants, immigration

Sur la crise des migrants, la présidente du Front national a répété ses déclarations de la veille : renvoyer tous les réfugiés dans leur pays, dans des «zones humanitaires», notamment pour leur sécurité. «L'immigration n'est pas une chance, c'est un fardeau», a tranché Mme Le Pen, sous les «Dehors!» et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Spartaku le lundi 7 sept 2015 à 06:37

    ni les moyens ??? Combien pourraient ils loger de réfugiés dans leur château et dépendances les LEPEN ? Beaucoup sans doute ... Alors qu'elle retire les mots " ni les moyens" et laisse uniquement "pas envie" ce sera plus juste !