Marine Le Pen : «Le roi François Hollande est nu»

le
1
Marine Le Pen : «Le roi François Hollande est nu»
Marine Le Pen : «Le roi François Hollande est nu»

Entre un PS fracturé par ses divergences en matière de politique économique et une UMP endettée, affaiblie par l'affaire Bygmalion et dépourvue de leader, Marine Le Pen compte bien tirer son épingle du jeu. La présidente du FN, qui fait ce samedi sa rentrée politique à Brachay (Haute-Marne), s'est engouffrée dans la brèche, se présentant en «capitaine» prêt à «tenir la barre».

La veille, déjà, la dirigeante d'extrême droite s'était dite prête à gouverner en cohabitation avec Hollande en cas de dissolution, prenant le contrepied de la plupart des dirigeants UMP. La voilà qui enfonce le clou : «Si le peuple veut nous donner la barre, eh bien nous la tiendrons ! En pleine tempête, un capitaine ne peut refuser de prendre le commandement.» Marine Le Pen n'hésite pas à s'afficher en femme d'Etat, assurant être «d'une trempe suffisamment solide pour ne pas reculer devant les dangers et les épreuves».

Elle se projette à l'Élysée

Alors qu'un Français sur trois la juge capable de réformer le pays, selon un sondage CSA publié ce samedi sur le site Atlantico, la présidente du FN se projette même à l'Élysée : «Je ne mentirai pas aux Français, ni avant, ni après mon élection. Je ne mentirai pas comme François Hollande sur le chômage ou Nicolas Sarkozy sur l'insécurité.» Elle lance également un long appel à «la responsabilité de chacun», estimant que «chacun doit se poser la question de la part qu'il peut prendre au redressement de la nation».

La dirigeante frontiste, qui dit croire à une dissolution de l'Assemblée nationale dans un délai assez rapide, n'a pas de mots assez durs pour charger ses adversaires politiques. D'un côté, un gouvernement pris «dans une marche destructrice», de l'autre la «prétendue opposition UMP», «véritable radeau pourri à la dérive, sans projet ni tête, rongé par les guerres intestines d'ambition».

Dépeignant une triple crise, économique, sociétale et une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 30 aout 2014 à 17:20

    Pour ceux qui ignorerait le roi nu :"La pièce de Schwartz, comportant des allusions dangereuses sur Staline d'après les autorités soviétiques, a été publiée pour la première en 1960 seulement et n'a donc jamais été mise en scène au cours de la vie du dramaturge, mais lui a apporté une gloire posthume."