Marine Le Pen fustige la «déferlante migratoire» et moque le «roi fainéant»

le , mis à jour à 14:52
2
Marine Le Pen fustige la «déferlante migratoire» et moque le «roi fainéant»
Marine Le Pen fustige la «déferlante migratoire» et moque le «roi fainéant»

57 habitants, dont 46 sont inscrits sur les listes électorales. C'est à Brachay, petit hameau de Haute-Marne, que Marine Le Pen a réalisé son meilleur score lors de l'élection présidentielle de 2012 : 72%. Depuis, la présidente du Front national (FN) y fait chaque fin d'été sa rentrée.

Ce samedi, le camion podium a pris place devant la mairie et environ 600 sympathisants venus de toute la région se sont massés devant. « Je vois que Brachay devient une institution et que la fête s'agrandit d'année en année. Vous avez fait encore très fort », lance Marine Le Pen en préambule. « Tu le mérites Marine, on t'aime », hurle une femme.

Pendant 45 minutes, loin des bisbilles familiales qui ont pourri son printemps et son été, son père Jean-Marie menaçant toujours de venir à l'université d'été du parti samedi prochain à Marseille, Marine Le Pen a repris les fondamentaux paternels. Après la mort de l'agriculture et l'Europe mortifère, « la France des oubliés », une cible payante de la présidente depuis plusieurs années, elle a consacré 20 minutes à la « déferlante migratoire ». « Nous nageons en pleine folie », assure-t-elle. « La vague n'était alors qu'en formation», «ils ne vous le disent pas et pourtant la situation de l'immigration est aujourd'hui en France totalement hors de contrôle. L'immigration était déjà gigantesque sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (...), tout a été fait sous Nicolas Sarkozy et François Hollande pour que cette vague grossisse, prenne du corps et aujourd'hui déferle à pleine vitesse sur notre pays», a-t-elle martelé. « Les Français ont-ils accepté ce déferlement ? On ne leur a pas demandé leur avis », lance-t-elle encore sous les vivats. L'objectif de Marine Le Pen : « arrêter l'immigration légale et clandestine ». Et sa méthode pour y parvenir est « limpide » : « se donner les moyens de le faire ».

Une question « indissociablement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le samedi 29 aout 2015 à 15:48

    "on est les gars de la Marine"

  • janaliz le samedi 29 aout 2015 à 15:13

    Les rois fainéants. Tout le monde a oublié les noms de ces incapables au pouvoir. Ainsi en sera-t-il de scooterman...