Marine Le Pen en correctionnelle pour ses propos sur les prières

le
1

LYON, 22 septembre (Reuters) - La présidente du Front National, Marine Le Pen, a été renvoyée en correctionnelle à Lyon pour ses déclarations sur les prières de rue musulmanes comparées à l'Occupation nazie, a-t-on appris mardi auprès du responsable juridique du FN. "On a été informés de ce renvoi", a dit Wallerand de Saint-Just à Reuters. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Lyon avait annulé en 2014 la procédure visant Marine Le Pen pour ces propos, jugeant que l'association qui avait déposé plainte était irrecevable à le faire. "Mais le parquet a réussi à faire revivre la procédure", a dit Wallerand de Saint-Just. En juillet 2013, le Parlement européen s'était prononcé pour la levée de l'immunité de la présidente du FN, ouvrant la voie à une procédure judiciaire à Lyon. En décembre 2010, pendant une réunion publique à Lyon, Marine Le Pen, alors en campagne pour la présidence du FN, avait dénoncé dans un discours les "prières de rue". "Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'Occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c'est une occupation du territoire", avait-elle déclaré. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le mardi 22 sept 2015 à 16:59

    Si dire la verite c'est de la delinquance selon g.joly 1 alors je suis un delinquant et fier de l'etre