Marine Le Pen en correctionnelle pour ses propos sur les prières

le
0

(Actualisé avec réaction Le Pen) LYON, 22 septembre (Reuters) - Marine Le Pen a été renvoyée en correctionnelle à Lyon pour ses déclarations sur les prières de rue musulmanes comparées à l'Occupation nazie, a-t-on appris mardi auprès du parquet et du responsable juridique du Front national. La présidente de la formation d'extrême droite est poursuivie pour "provocation à la discrimination en raison de l'appartenance à une religion". Le procès aura lieu le 20 octobre, a précisé le parquet de Lyon. "On est plus prompt à poursuivre ceux qui dénoncent les comportements illégaux des fondamentalistes qu'à poursuivre les fondamentalistes qui ont des comportements illégaux", a déclaré Marine Le Pen à Reuters. "C'est un scandale qu'un responsable politique soit poursuivi pour l'expression de ses opinions. J'irai devant le tribunal pour le dire", a-t-elle ajouté. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Lyon avait annulé en 2014 la procédure visant Marine Le Pen pour ces propos, jugeant que l'association qui avait déposé plainte était irrecevable à le faire. Mais il y a eu ensuite une plainte avec constitution de partie civile du Mrap et d'une autre association de défense des droits de l'homme. "Comme il s'agit de droit de la presse, les poursuites sont quasi automatiques, le juge a peu de marge de manoeuvre", a-t-on expliqué de source judiciaire. En juillet 2013, le Parlement européen s'était prononcé pour la levée de l'immunité de la présidente du FN, ouvrant la voie à une procédure judiciaire à Lyon. En décembre 2010, pendant une réunion publique à Lyon, Marine Le Pen, alors en campagne pour la présidence du FN, avait dénoncé dans un discours les "prières de rue". "Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'Occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c'est une occupation du territoire", avait-elle déclaré. (Gérard Bon, avec Catherine Lagrange à Lyon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant