Marine Le Pen courtise les fonctionnaires

le
0
Pour la candidate FN à la présidentielle de 2012, «il ne faut pas toucher à la fonction publique d'État».

Une augmentation ciblée de la TVA ? Une hausse de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises ? Les pistes sur lesquelles travaille le gouvernement, pour dégager 6 à 8 milliards de marges de manœuvre supplémentaires dans le budget 2012, n'ont pas les faveurs de Marine Le Pen. «Non, affirme la présidente du Front national, ces mesures ne vont pas dans le bon sens. Comme d'habitude, ce sont les classes moyennes et les classes populaires qui vont souffrir.» Invitée dimanche du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», la candidate FN à la présidentielle de 2012 répète que les économies sont, pour ainsi dire, à portée de main. Elle évoque, pêle-mêle, «l'immigration», «l'aide médicale d'État» ou encore «la contribution française au budget européen». Des économies pourraient également être trouvées, selon Le Pen, dans la fonction publique territoriale, qu'il faut «réduire massivement». «Notre pays est en voie de féodalisation», affir

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant