Marine Le Pen conteste l'étiquette «extrême droite» accolée au FN

le
2
La présidente du Front national indique qu'elle n'hésitera pas à aller devant les tribunaux, comme son parti l'a déjà fait dans le passé, contre ceux qui utiliseraient ce qualificatif.

«Nous ne sommes absolument pas un parti de droite, ceux qui le pensent font une erreur d'analyse totale», a déclaré Marine Le Pen devant journalistes et analystes réunis mercredi au journal L'Express. «Je m'élève encore plus contre la formulation d'extrême droite», a-t-elle dit, menaçant d'«actions en justice».

La question du positionnement du Front national sur l'échiquier politique n'est pas nouvelle. Les protestations de la famille Le Pen non plus. Dans les années 1990, Jean-Marie Le Pen avait déjà gagné des procès sur cette question. Depuis son accession à la tête du parti, en 2010, Marine Le Pen rappelle régulièrement son opposition à cette catégorisation. Fin 2012, le FN interpellait même directement les universitaires utilisant le terme extrême droite pour l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mercredi 2 oct 2013 à 21:59

    Le FN n'est évidemment pas royaliste. Il n'est pas non plus fas ciste puisqu'il essaie de conquérir le pouvoir en jouant le jeu des élections, donc en respectant le cadre de la démocratie libérale, malgré tous les biais que celle-ci a introduits pour lui barrer la route. Et encore moins naz i à l'allemande puisque sa référence est la nation et non la race. C'est un mix original et inclassable.

  • M8444634 le mercredi 2 oct 2013 à 20:18

    Elle a tout à fait raison. Les média prennent bien soin d'assimiler à l'extrême droite tout ce qui est méchant, violent, vicieux ou tordu, ne faisant aucune différence entre une famille de pensée d'origine royaliste qui n'a jamais refusé la démocratie (louis XVI en est mort) et le naz isme ou le fa scisme qui sont des idéologies de gauche totalitaires et anti-démocratiques, comme le communisme, d'ailleurs. Il s'agit d'une invective, d'une injure et non d'une qualification politique.