Marine Le Pen attaque Hollande sur sa gauche

le
3
L'ex-candidate à l'Élysée accuse le président d'être «dévoré» par la finance.

«Marine Le Pen va être à la pointe de la radicalité populaire dans les mois à venir», pronostiquait François Hollande à ses proches la semaine dernière, après l'avoir reçue à l'Élysée dans le cadre de consultations sur la rénovation de la vie politique. De fait, la présidente du Front national a, ces jours-ci, les accents d'un Georges Marchais réclamant une lutte à mort contre «les puissances d'argent».

Vendredi, lors d'une conférence de presse au siège de son parti, Marine Le Pen a accusé le président de la République d'avoir cédé à «la grande finance» dans l'affaire de Florange. «Le 22 janvier dernier, en pleine campagne électorale au Bourget, le candidat Hollande déclarait que son véritable adversaire, c'était le monde de la finance, a lancé la patronne de l'extrême droite. Nous savons maintenant, avec Florange, que c'est la finance qui a dévoré le président Hollande», a-t-...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cedricdz le vendredi 14 déc 2012 à 20:18

    Ouais pas mal. Mais faudrait ouvrir les vannes à fond. Plus de faux semblant. On laisse faire..

  • 2445joye le vendredi 14 déc 2012 à 19:20

    Il y a peut-être un moyen. Le capitalisme actuel, dont la dynamique est fondée sur la spéculation, est un système fondamentalement instable et incapable de s'auto-réguler. Il suffit d'attendre qu'il aille dans le mur une fois de plus et on pourra ramasser tout le monde à la petite cuillère au lieu de jouer les pompiers avec l'argent des contribuables comme la dernière fois.

  • cedricdz le vendredi 14 déc 2012 à 18:54

    Marine Le pen ne pourra rien non plus contre la Finance. La politique actuelle ne peut rien contre rien tant que chaque citoyen continuera à la voir comme un pouvoir délégué à quelques un.