Marine Le Pen à propos de son père : «C'était lui ou moi»

le , mis à jour à 14:06
6
Marine Le Pen à propos de son père : «C'était lui ou moi»
Marine Le Pen à propos de son père : «C'était lui ou moi»

« Je fais le pont comme tout le monde. Ça va me faire du bien... surtout après tout ça », souffle Marine Le Pen. Tout ça ? La guerre ouverte avec son père bien sûr, où tous les coups sont permis. A l'image de cette dernière offensive paternelle : la création d'une formation politique indépendante, modestement appelée Association des amis de Jean-Marie Le Pen. « C'est incontestablement une opération de parasitage. Mais cette tentative de division n'a aucune chance de prospérer », assure Marine Le Pen à notre journal, tout en raillant ce qu'elle voit déjà comme un « fan-club regroupant tous les ramassis, les parias et les infréquentables qui ont été exclus du Front ».

Dans son bureau du siège du Front national, à Nanterre (Hauts-de-Seine), la présidente du parti ne peut s'empêcher de ruminer. « Je suis en train de lire un polar, très dur, très sombre, que m'a offert ma mère. » Son titre ? « Meurtres pour rédemption », de Karine Giebel. L'histoire d'une femme condamnée à perpétuité pour meurtre... et appelée Marianne. « Pas vraiment le genre de lecture qui détend », reconnaît-elle, assise devant une bibliothèque. « Le Camp des saints », de Jean Raspail (un roman qui décrit les conséquences d'une immigration massive sur la civilisation occidentale, la France en particulier), est posé de manière bien visible sur son étagère.

QUESTION DU JOUR. Marine Le Pen est-elle vraiment différente de son père ?

Enervée par son père... et les médias

Ces derniers jours, Marine Le Pen l'a mauvaise. Très mauvaise. Contre son père, mais aussi contre les médias qu'elle accuse en privé de jouer un jeu pervers avec lui, en étant à l'affût des dérapages. « Mais elle a délibérément monté cette rupture en épingle, accuse un de ses anciens stratèges, aujourd'hui mis au ban. Car cette affaire est tombée au lendemain d'un succès électoral ( NDLR : les départementales), et à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ref1929 le vendredi 15 mai 2015 à 13:14

    Tout ce cirque n'est que celui des medias. En guess star Papy fait de la resistance. En publique tous les friands de mauvaise serie B... Et il y en A. Et ils se disent excedés par ce spectacle... Et bien n'ont qu'a ne pas le suivre.

  • frk987 le vendredi 15 mai 2015 à 10:32

    C'est certain M467862 , mais le score du FN baissera de 12% (16% disent les journaleux), si son ambition à MLP est de faire 15% elle aura gagné la timbale !!!!

  • M467862 le vendredi 15 mai 2015 à 10:21

    Le père va récupérer les plus radicaux du FN pour que la fille ait un parti plus propre.

  • frk987 le vendredi 15 mai 2015 à 09:57

    Il lui suffisait d'attendre 2022 au lieu de 2017....trop simple !!!!!

  • M2687570 le vendredi 15 mai 2015 à 09:10

    ouais bof ! On aura une variante de la meme histoire entre la nièce et tata dans 10 ans, ptet plus tot, la petite jeune à l'air d'avoir les chicots longs et la machoire puissante.

  • frk987 le vendredi 15 mai 2015 à 08:40

    Comme à la pèche suffisait d'attendre...vu son âge....elle a fait une faute inqualifiable...que serait-elle politiquement sans son père ??????