Marine Le Pen à la recherche d'un second souffle

le
0
La candidate d'extrême droite, en quête de crédibilité, veut croire qu'elle n'a rien à craindre d'une campagne longue.

La présence du leader d'extrême droite dans le trio de tête des candidats à l'Élysée aux côtés des candidats PS et UMP, mesurée par les instituts de sondage, peut-elle durer? Marine Le Pen, régulièrement créditée par plusieurs instituts d'au moins 20% d'intentions de vote à la présidentielle, ne recueillait plus que 16% dans le sondage CSA réalisé les 20 et 21 juin.

Il est vrai que l'enquête de l'Ifop pour la Lettre de l'opinion, rendue publique lundi, attribuait de nouveau à la présidente du Front national 20,5 % et 21 % d'intentions de vote dans les deux hypothèses retenues, qui ne différaient que par le candidat testé pour Europe Écologie-Les Verts, Nicolas Hulot ou Eva Joly. Arguant de ces résultats, Marine Le Pen estime qu'elle «se maintient à un niveau très élevé», qui représente «un palier, pour mieux reprendre de l'élan» à la rentrée.

Personnalisation accentuée

En 2002, Jean-Marie Le Pen et son ancien bras droit devenu son rival, Bruno M

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant