Marina, «objet» de la folie barbare de ses parents

le
0
Psychologues et psychiatres ont rendu jeudi leurs expertises sur le cas du père et de la mère de la petite fille suppliciée.

Association de maléfiques. C'est l'interaction négative des personnalités de Virginie Darras, 33 ans et Éric Sabatier, 40 ans, avec de «graves troubles psychiques», qui aurait engendré le calvaire de Marina, 8 ans et demi, morte sous les coups acharnés de ses parents bourreaux. C'est ce qu'ont mis en relief, jeudi, les expertises rendues par les psychologues et psychiatres au procès du couple qui se tient depuis deux semaines aux assises du Mans. Aucun des quatre autres enfants du couple ou de ceux nés de leurs précédentes unions n'a subi de maltraitance.

L'exutoire de leur mal-être existentiel

Marina aurait été le révélateur de folies circonstancielles, à croire les experts, une «enfant symptôme», l'«objet transitionnel du couple», l'exutoire de leur mal-être existentiel, de leur complexité conjugale. Selon tous les témoignages médicaux ou familiaux, Virginie Darras et Éric Sabatier vivaient un amour pathologique, fusionnel, dépendant pour lui, dominant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant