Marie, SDF à Paris : «La rue, on s'y habitue»

le , mis à jour à 09:11
0
Marie, SDF à Paris : «La rue, on s'y habitue»
Marie, SDF à Paris : «La rue, on s'y habitue»

Sur les quais du RER à la station Nation, la misère est discrète, comme mangée par le décor rouge sang. Quand le train avale son lot de banlieusards pressés de rentrer chez eux, restent les rangées de pieds de ceux qui ne vont nulle part. Ceux de Marie* sont bandés et chaussés d'escarpins noirs. Elle porte une jupe longue gipsy, du mascara sur les cils, un pull couleur vieux rose assorti à son vernis à ongles. De son ancienne vie de vendeuse en boulangerie, elle a gardé un sourire désarmant. Voilà cinq ans qu'elle n'a plus d'emploi et douze mois qu'elle dort dehors après avoir quitté ses parents sans point de chute, à 50 ans. Un naufrage qu'elle raconte d'une voix douce, comme étrangère à cette réalité qui la visse sur le quai, à 22 heures passées.

Il y a peu, on lui a volé son téléphone portable, un bien très recherché dans le monde de la rue. Maintenant, elle doit demander à d'autres sans-abri ou à des passants pour appeler le 115, le numéro d'urgence qui octroie des places d'hébergement au jour le jour.

 

Les gares « beaucoup trop dangereuses »

Sa première nuit dehors s'est passée près de Nation, allée de Bercy (XIIe). « Je me suis posée là parce que ça n'avait pas l'air interdit. Les premiers jours, j'avais des crampes à dormir assise. Et puis, assez vite, on s'habitue. » Sur le quai d'en face, Karine*, entourée de sept sacs pleins à craquer, ne s'habitue pas : « Je vis mal d'évoluer dans ce milieu-là et d'être si seule. » Elle se cache, dort au bout des lignes de grande banlieue et évite par-dessus tout les gares, « beaucoup trop dangereuses ».

Sophie*, qui fait la manche à minuit, rue de la Roquette près de Bastille (XIe), s'est aussi longtemps cachée pour dormir. « Vous vous imaginez, sur le trottoir, devant tout le monde ? Autant se supprimer. » Pudique, Sophie accepte avec le sourire de raconter son parcours, si son prénom est tu et sa photo, « floutée avec de gros pixels ». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant