Mariage pour tous : Sarkozy veut abroger la loi Taubira

le
0
Mariage pour tous : Sarkozy veut abroger la loi Taubira
Mariage pour tous : Sarkozy veut abroger la loi Taubira

Revenir sur la loi Taubira du mariage pour tous ? Depuis son retour, Nicolas Sarkozy multipliait les formules alambiquées pour éviter de prendre position avant d'être élu à la tête de l'UMP, ce que lui reprochait d'ailleurs ce matin dans nos colonnes son adversaire, Hervé Mariton.

Ce samedi, devant les militants de Sens Commun, un mouvement issu de la Manif pour tous et affilié à l'UMP, l'ancien président de la République est sorti de l'ambiguïté en se déclarant favorable à l'abrogation de la loi, comme le réclame une bonne partie de l'aile droite de l'UMP. C'est à ses yeux le seul moyen de séparer clairement le mariage de la filiation.

Sauf qu'il ne compte pas pour autant revenir sur le mariage homosexuel. «Le PACS n'est pas suffisant», a-t-il aussitôt ajouté. «L'amour homosexuel doit avoir de la reconnaissance sociale.» Puis il a poursuivi, elliptique : «Je veux un mariage pour les homosexuels et un mariage pour les hétérosexuels.» Est-il favorable à deux types d'unions distincts ou un seul ? Mystère.

Au départ, il était pour une simple «réécriture»

En revanche, il s'est déclaré contre la GPA «parce que nous ne voulons pas rentrer dans la marchandisation des enfants» et contre «la PMA pour les couples homosexuels féminins.» 

Depuis deux mois, Nicolas Sarkozy restait flou sur le sujet. Tout juste avait-il, le 6 octobre en meeting à Vélizy, évoqué la nécessité de «réécrire la loi»Taubira, sans plus de détail. Lors de sa première interview, le 21 septembre, il avait volontairement botté en touche lorsqu'on lui avait demandé s'il comptait abroger le texte. «Nicolas Sarkozy pense que c'est une question trop compliquée pour répondre par oui ou par non», avait justifié le lendemain son porte-parole Gérarld Darmanin. A croire que depuis, la question est devenue plus simple.

Le Maire est contre l'abrogation, Mariton est pour

Eux aussi invité à préciser leur position sur la loi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant