Mariage homo: ces socialistes qui ont des doutes

le
5
Harlem Désir a répété samedi que le PS ne lâcherait rien sur le mariage gay.

Sur le terrain, le mariage pour tous - qui sera examiné à partir de mardi à l'Assemblée nationale - ne fait pas toujours recette, éclipsé par les conséquences inquiétantes d'une crise économique et sociale qui s'enlise. Et si les quelque 2000 secrétaires de section du Parti socialiste, rassemblés samedi à Paris pour une journée de «mobilisation», soutiennent François Hollande et le gouvernement sur le sujet, c'est sans grand enthousiasme, pour certains.

«Chez moi, les militants en reviennent toujours à l'emploi, insiste Henri Guérin, secrétaire de section dans l'Aube. Le mariage pour tous, ce n'est pas pour eux un sujet prioritaire. Les questions de société, ça leur passe au-dessus de la tête. Ce qu'ils demandent d'abord, c'est de l'emploi et du pouvoir d'achat.»

Même sentiment chez Florian Lecoultre, secrétaire de section PS dans les Ardennes, territoire marqué par la dé...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 le lundi 28 jan 2013 à 14:18

    Eh bien passons au "mariage pour plusieurs", à présent ! Cela créérait un droit... ;-)

  • M3442498 le lundi 28 jan 2013 à 08:26

    Le tapis rouge pour une délinquante, une loi gay dont personne ne veut. Où allons nous ?

  • knbskin le dimanche 27 jan 2013 à 23:22

    Il est certain, janaliz, que c'est l'art et la manière de créer un problème là où i n'y en a pas, sauf pour quelques "agités du bocal" de LGBT, qui en fait cherchent avant tout à "faire passer" leurs idées sur la filiation avec toutes les dérives y afférentes ... Le tout au nom de l'"égalité", bien sûr.

  • janaliz le dimanche 27 jan 2013 à 23:16

    Quand une contre manif produit un contre effet, vraiment pas envisagé. Le moral dans les chaussettes, les secrétaires de sections. On l'aurait à moins. L'urgence n'est pas de nous jeter les uns contre les autres mais de nous rassembler afin de nous sortir d'une ornière monumentale. Les politiques l'entendront-ils ?

  • wecando2 le dimanche 27 jan 2013 à 22:11

    340 000 opposants contre 125 000 partisans : Où est le doute ? Pour moi, il y a manitenant certitude. Retrait direct du projet. La France a voté le 22 avril et le 6 mai 2012. Elle a revoté les 13 et 27 janvier 2013.