Mariage gay : Royal n'aurait pas fait comme le gouvernement

le
2
Mariage gay : Royal n'aurait pas fait comme le gouvernement
Mariage gay : Royal n'aurait pas fait comme le gouvernement

Ségolène Royal, l'électron libre. Invitée de l'émission «La voix est libre» sur France 3 Poitou-Charentes, l'ancienne candidate du PS à l'élection présidentielle de 2007 a tenu à marquer sa différence avec le gouvernement sur la question du mariage gay. La présidente de la région Poitou-Charentes a notamment affirmé qu'elle prônait «l'union civile» pour les homosexuels, un terme qu'elle préfère utiliser plutôt que celui de «mariage».

Alors qu'on lui demandait d'expliquer sa discrétion sur la loi Taubira, Ségolène Royal a répondu qu'elle n'était «pas favorable à des confrontations sur des sujets de société. Les manifestations ont duré trop longtemps, les débats ont duré trop longtemps».

Et l'ex-candidate du PS à la présidentielle de souligner que le mariage pour les couples de même sexe «n'était ni dans (s)on projet de 2007 (pour la présidentielle, ndlr), ni dans (s)on projet des primaires» de 2011 (pour désigner le candidat PS à la présidentielle de 2012, ndlr). «Mon programme, c'était l'égalité des droits mais pas en donnant le nom de mariage. En faisant l'union civile avec égalité des droits, mais pas avec le nom de mariage, ça faisait des étapes et ça n'aurait pas conduit à des confrontations comme ça», a expliqué la désormais vice-présidente de la Banque publique d'investissement.

Un pas de côté sémantique qui pourrait faire grincer des dents au Parti socialiste et au gouvernement. D'autant qu'il ne s'agit pas de sa première critique à l'encontre de l'équipe à la tête de la France.

Depuis plusieurs semaines, Ségolène Royal, très présente dans les médias pour la promotion de son livre «Cette belle idée du courage», ne rechigne jamais à adresser les bons et mauvais points au gouvernement. Sur TF1 mi-mai, elle n'avait pas hésité à demander une accélération des réformes : «Il faut maintenant accélérer, fixer deux trois grandes priorités bien...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 26 mai 2013 à 09:59

    ATTENTION !...restons très vigilant…ne baissons pas la garde…Ces gens là, sont très dangereux (pas les homos en tant que tels), mais les lobbies LGBT et Cie,….et ils n’auront de cesse que de faire croire et admettre, que ce sont nous les anormaux (homophobes, fachos, réacs, moisis, et j’en passe) représentant au moins 80% de la population…il ne faut pas provoquer, mais répondre coup par coup, sans faiblir, pour dénoncer cette loi scélérate !...

  • kelbelom le samedi 25 mai 2013 à 20:55

    Tu m'étonnes, elle aurait légiféré, pas de discussion au parlement ni assemblée et roule ma poule. Plus facheau que cette pouf, y a pas.