Mariage gay : quand les députés débattent sur Twitter

le
0
En marge des discussions à l'Assemblée nationale, les parlementaires échangent pensées, petites phrases et noms d'oiseau en 140 signes.

C'est une première dans l'histoire parlementaire: vendredi soir, le député UMP Philippe Gosselin a fondé un rappel au règlement, non sur un incident de séance, mais sur... un tweet. Son collègue socialiste Jérôme Guedj venait de décrire sa lassitude en 140 signes: «Je rejoins la séance, déprimé par avance de devoir supporter tant d'inepties et de mauvaise foi. Ils voulaient un débat, ils le souillent.» Indignation du député Gosselin: «Ces termes employés par notre collègue, je les trouve particulièrement inadmissibles. Je vous demande, monsieur le président, de rappeler à la majorité que quand elle gazouille à l'extérieur, elle doit le faire avec plus de distance.»

Réponse de Claude Bartolone depuis le perchoir de la présidence: «Monsieur Gosselin, pour le moment, fort heureusement, la charge de la présidence consist...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant