Mariage gay : mobilisation à Lyon, tensions à Toulouse

le
2
Des milliers de personnes ont défilé à Lyon, venues pour certaines de Suisse ou de Mulhouse. À Toulouse, un contre-rassemblement a été organisé.

À Lyon

Plus de 30.000 personnes, selon les organisateurs, contre 25.000 selon la police, se sont rassemblées à Lyon contre le projet de loi «pour le mariage pour tous». Avec un slogan: «Un père, une mère, c'est complémentaire! Deux pères, deux mères, enfant sans repères!». Retraités, étudiants, actifs, mariés ou célibataires, parfois gays: ils sont venus de toute la région Rhône-Alpes, mais aussi de Genève, Clermont-Ferrant, Mulhouse ou Dijon. «C'est la société civile qui s'est mobilisée aujourd'hui», se réjouit Anne Lorne, 32 ans, membre du collectif Marche Solidaire, organisateur de la journée, essoufflée après avoir passé plus de 3 heures sur le char en tête de cortège pour maintenir l'enthousiasme de la foule.

Parmi les manifestants, beaucoup de familles, enfants dans les bras, en écharpe ou e...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le samedi 17 nov 2012 à 23:29

    Le mariage civil n'existe que depuis la révolution française. Dans l'ancien régime il n'existait que le mariage religieux. Un seul objectif: LA PROCREATION. Si une femme etait stérile, on la répudiait avec l'accord de l'église. Ah si seulement l'église etait encore aux manettes de la société. On rigolerait pas mal.

  • gde-lamb le samedi 17 nov 2012 à 19:29

    C'est la grande honte des médias français que de voir la manière dont FR3 pays de loire a traité la manif contre le mariage homo et ses suites insidieuses !! Nous sommes habitués aux manières très orientées de ceux qui présentent les informations, mais à ce point c'est inadmissible et mensonger. C'est plus intéressant de montrer la manif contre l'aéroport que de montrer celle qui s'insurge contre la destruction des grands principes de notre société. Ils mériteraient un blâme de leurs supérieurs