Mariage gay : le «Printemps français» appelle à la «désobéissance»

le
5
Mariage gay : le «Printemps français» appelle à la «désobéissance»
Mariage gay : le «Printemps français» appelle à la «désobéissance»

La promulgation ce matin par François Hollande de la loi Taubira, qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, continue de faire réagir. Alors que les partisans de la loi se félicitent qu'un premier mariage homosexuel soit prévu dès le 29 mai à Montpellier, les opposants, s'ils ont «pris acte» de la légalisation du mariage gay, n'ont pas l'intention de se démobiliser.

Du côté des opposants, les degrés d'indignation sont divers. Après la décision des Sages du conseil constitutionnel, les responsables politiques se montrent en effet sensiblement plus prudents que les responsables associatifs.

Copé renvoie à l'alternance

Après avoir déclaré vendredi soir sur TF1 «regretter» mais «respecter» cette décision, Jean-François Copé, président de l'UMP , n'hésite pas à parler ce samedi dans «le Monde» de «réécriture du texte», sans plus de précision : «Quand nous serons revenus au pouvoir, il faudra réécrire ce texte pour protéger la filiation et les droits de l'enfant». «Peut-être avec le recours au référendum», lance-t-il.

Hier déjà, Hervé Mariton, ardent adversaire de la loi, avait tenu un discours similaire, prenant «acte» de la décision du Conseil constitutionnel et donnant rendez-vous en 2017.

Le patron de la droite appelle également à participer à la manifestation du 26 mai, dont il élargit très largement l'objet : il s'agira pour lui de, défendre la famille et plus globalement de manifester notre opposition à la politique de François Hollande».

VIDEO. Hollande, interrogé vendredi : «Aujourd'hui, c'est la loi»

Barjot veut déposer un «recours», Bourges appelle à la «désobéissance civile»

La porte-parole de la Manif pour tous, Frigide Barjot, n'hésite pas pour le coup à critiquer le Conseil constitutionnel, ce que les politiques se gardent bien de faire. Pour elle, il s'agit d'une «provocation» et d'un «changement de civilisation», décidé par un...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • europe78 le samedi 18 mai 2013 à 23:28

    une seule solution : l'exil au vatican !

  • a.guer le samedi 18 mai 2013 à 18:00

    c'est simple, je voterai la prochaine fois pour celui qui promet un referendum sur la question : seul le peuple, et non une poignée de politiciens amoraux peut avoir le droit d'introduire une modification aussi radicale des bases de notre société

  • baljo le samedi 18 mai 2013 à 17:39

    Ça me gênerais beaucoup de manifester au côté de Barjot.

  • chatnour le samedi 18 mai 2013 à 15:42

    "Vincent Autin, président de l'Inter-LGBT Montpellier Languedoc-Roussillon, 40 ans, s'unira à son compagnon Bruno, 30 ans, fonctionnaire d'Etat, qui préfère ne pas donner son nom" ? et la publication des bans, ça sert à quoi ? "invitant «l'ensemble des Français à venir assister au mariage ? Qu'ils en soient remerciés, ONLR, "l'ensemble des frauçais y sera ...!"

  • grinchu1 le samedi 18 mai 2013 à 15:42

    M.Copé baragouine et sera aussi courageux que son copain Sarko qui n'a rien détruit de ce qui devait l'être...