Mariage gay : la Manif pour tous de retour à Nantes avec des bonnets roses

le
0
Mariage gay : la Manif pour tous de retour à Nantes avec des bonnets roses
Mariage gay : la Manif pour tous de retour à Nantes avec des bonnets roses

Cela faisait plusieurs mois que l'opposition au Mariage pour tous n'avait pas mobilisé autant de monde. Plusieurs milliers de manifestants, 3 000 selon la police, 6 000 selon les organisateurs anti-mariage homosexuel de «La Manif pour tous», ont défilé samedi à Nantes (Loire-Atlantique). Le cortège a commencé à défiler peu après 16 heures derrière une banderole «Familles en colère» avec à sa tête la nouvelle présidente du mouvement, Ludovine de la Rochère, qui a remplacé Frigide Barjot au printemps. Autre nouveauté, nombre de militants arboraient fièrement des bonnets roses, inspirés des désormais célèbres bonnets rouges bretons.

Sur Facebook et leur site Internet, les «Bonnets roses» se définissent même comme un «mouvement spontané de résistance rassemblant l'ensemble des défenseurs du mariage homme-femme et de la filiation biologique en refusant l'adoption pour les couples de même sexe, la Procréation médicalement assistée (PMA) pour tous et la Gestation pour autrui (mères porteuses)». Le fait de porter à la fois le rose et le bleu permet de «réaffirmer la différence et la complémentarité des sexes» et «refuser la volonté du Gouvernement et de certaines institutions d'enseigner et de faire l'apologie de la théorie du genre auprès des enfants, en entreprise, en milieu associatif etc?»

Le @BonnetsRoses ont remplacé les sweats , presque plus de stock ! #ManifPourTousNantes pic.twitter.com/trQEny8nlV? Louis (@LRonssin) 23 Novembre 2013

«Taubira casse toi ! »

«Il faut reconnaitre le rôle unique, irremplaçable, de la mère et du père», a réaffirmé sur une estrade, devant la préfecture de Loire-Atlantique, Ludovine de la Rochère en fin de manifestation. Parmi les slogans, les manifestants ont scandé: «Hollande démission», «Non à la dictature socialiste!», «PMA (procréation médicalement assistée, NDLR) GPA (gestation pour autrui), on n'en veut pas!», «Taubira ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant