Marge de Capgemini améliorée mais croissance limitée en 2012

le
0
MARGE DE CAPGEMINI AMÉLIORÉE MAIS CROISSANCE LIMITÉE EN 2012
MARGE DE CAPGEMINI AMÉLIORÉE MAIS CROISSANCE LIMITÉE EN 2012

par Cyril Altmeyer

PARIS, 16 février - Capgemini a annoncé jeudi prévoir une nouvelle amélioration de sa marge opérationnelle en 2012 mais la croissance organique de son chiffre d'affaires devrait être limitée par l'impact des modifications d'un contrat avec le fisc britannique.

Le numéro un européen des services informatiques, qui devra en outre composer cette année avec les incertitudes macroéconomiques et la réduction des dépenses publiques en Europe, note toutefois une demande bien orientée dans certains marchés comme l'Amérique du Nord.

"L'ensemble de ces prévisions (...) marque à la fois une confiance dans la direction des indicateurs et une prudence, puisque nous nous gardons de (les) quantifier au vu des incertitudes, en particulier sur le second semestre", a déclaré le directeur général, Paul Hermelin, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Les modifications du contrat de fourniture de services informatiques au fisc britannique, le plus gros contrat du groupe, qui a représenté 900 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011, devraient à elles seules coûter deux points de croissance à Capgemini en 2012, a-t-il ajouté.

L'action affiche la plus forte hausse du CAC 40 avec un gain de 5,3% à 30,88 euros vers 14h40.

"La bonne fin d'année 2011 a permis au groupe d'afficher des résultats 2011 meilleurs qu'attendu", souligne CM-CIC dans une note.

MARGE REDRESSÉE EN 2011

Capgemini a de fait redressé sa marge opérationnelle l'an dernier avec une hausse de 0,6 point à 7,4%, un niveau légèrement supérieur à ses propres attentes, après une contraction en 2010. Il a enregistré une croissance de 5,6% de son chiffre d'affaires à taux de change et périmètre constants, à 9.693 millions d'euros, contre un consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 9.633 millions.

"Bonne surprise également au niveau de la génération de cash et de la guidance 2012", constate aussi CM-CIC, faisant référence à la solide génération de cash-flow libre, qui a permis au groupe de plus que doubler sa trésorerie nette au second semestre comparé au premier, à 454 millions d'euros.

Paul Hermelin a déclaré lors d'une conférence de presse que le groupe reprenait avec prudence le chemin des acquisitions, après celle du spécialiste des transactions entre entreprises Prosodie l'été dernier, même s'il n'y avait rien d'imminent.

Les prises de commandes de Capgemini ont reculé de 8,4% à données comparables en 2011, l'exercice 2010 ayant été marqué par un grand nombre de renouvellements de contrats d'infogérance.

Paul Hermelin a dit noter depuis janvier une "bonne dynamique de signatures" de contrats dans une partie de cette division, le BPO (Business Process Outsourcing), c'est-à-dire l'externalisation d'activités pour le compte d'une entreprise.

"Avec le pipeline qu'on a, on devrait être très confiant pour tout le premier semestre, mai nos commerciaux se disent : y a-t-il un risque que certaines décisions glissent ?" a expliqué Paul Hermelin. "Pour l'instant nous n'avons pas observé de vrai glissement, les signatures du premier trimestre nous semblent en ligne. Ces questions qu'on se pose témoignent de la nervosité ambiante".

Le groupe français, qui compte parmi ses concurrents l'américain IBM, l'anglo-neérlandais Logica et le français Atos, prévoit de verser au titre de 2011 un dividende d'un euro par action, identique à celui de 2010.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant