Marette, une petite entreprise à l'origine des poches alimentaires infectées

le
0
Dans la nutrition parentérale pour nourrissons, les volumes sont faibles et les exigences élevées, notamment dans le respect de la chaîne du froid.

Près d'un mois après le drame, le laboratoire Marette a été directement mis en cause dans le décès des nourrissons de Chambéry. La ministre de la santé Marisol Touraine a suspendu mardi en fin d'après-midi la production de ce petit laboratoire, qui fabrique des poches alimentaires pour les bébés prématurés. Des analyses effectuées sur un lot suspect de poches saisies à l'hôpital de Chambéry, où trois nouveaux nés sont morts, ont montré la contamination de six d'entre elles par «un seul et même germe d'origine environnementale», a expliqué la ministre. Le germe était «une entérobacterie de l'environnement, une nouvelle espèce non décrite à ce jour et qui n'a pas encore de nom», a expliqué simultanément l'Institut Pasteur.

Spécialisé dans la nutrition parentérale, c'est-à-dire par intraveineuse, le laboratoir...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant