Marco Rubio espère une 2e place derrière Trump dans le Nevada

le
0
    par Megan Cassella 
    WASHINGTON, 23 février (Reuters) - Le candidat à 
l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine 
Marco Rubio espère devancer mardi son concurrent Ted Cruz lors 
du caucus républicain du Nevada, afin d'asseoir sa place de 
favori de l'establishment du parti. 
    Dominant la course entre les deux sénateurs aux origines 
cubaines, Donald Trump, vainqueur de deux des trois premières 
étapes de la primaire républicaine, est attendu en tête dans le 
Nevada. 
    Face à l'homme d'affaires new-yorkais donné largement 
vainqueur, les spécialistes de la politique s'attendent à ce que 
Rubio et Cruz remisent leurs ambitions de victoire. 
    "Ils sont en lice pour la deuxième place", commente Jon 
Ralston, un analyste politique du Nevada, avant d'ajouter: "Ce 
sera un Etat Trump." 
    Un récent sondage CNN/ORC situe ce dernier très largement en 
tête. Il devance ses concurrents de plus de 25 points avec 45% 
des soutiens, contre 19% pour le sénateur de Floride Marco Rubio 
et 17% pour le texan Ted Cruz. 
    En queue de peloton viennent l'ex-neurochirurgien Ben Carson 
avec 7% d'intentions de vote et le gouverneur de l'Ohio, John 
Kasich, à 5%. 
    Ce dernier a terminé deuxième derrière Donald Trump lors de 
la primaire du New Hampshire mais il garde en ligne de mire des 
Etats qu'il juge plus importants, le Michigan et la Virginie par 
exemple, où il faisant encore campagne lundi, espérant rallier 
l'électorat républicain modéré. 
    La rivalité entre Rubio et Cruz, qui a gagné dans l'Iowa le 
1er février, s'accentue à mesure qu'approche le "Super Tuesday" 
du 1er mars lorsque douze Etats se prononceront, mais la 
deuxième place du sénateur de Floride samedi en Caroline du Sud 
lui permet de nourrir quelques espoirs. 
    Il profite en outre de l'abandon de Jeb Bush, dont certains 
des donateurs se préparent à rallier le sénateur de Floride. 
  
    Marco Rubio a également reçu le soutien de plusieurs 
responsables républicains du Nevada, le sénateur Dean Heller et 
le vice-gouverneur Mark Hutchinson. 
     
    UN CAUCUS LOUFOQUE 
    Fils d'anciens employés de casinos, Marco Rubio a vécu six 
ans dans le Nevada, Etat connu pour nombreux établissements de 
jeux et la ville de Las Vegas. Il cherche surtout à convaincre 
les Républicains traditionnels et joue sur sa connaissance de 
l'Etat. 
    "Il y va en douceur, il ne dit pas 'je suis vraiment du 
Nevada'", a dit Eric Herzik, professeur de science politique à 
l'université du Nevada à Reno. "Mais son entourage, autant que 
lui-même, a mis en valeur le fait qu'il comprend le Nevada mieux 
que personne parce qu'il y a vécu." 
    Le petit jeu des pronostics pourrait toutefois tomber à 
l'eau dans un Etat notoirement imprévisible, plus vaste que les 
autres Etats jusqu'à présent sollicités par les primaires et 
plus difficile à sonder. Les électeurs ruraux et le taux de 
participation posent notamment des difficultés de prévision. 
    Très peu d'électeurs enregistrés pourraient se déplacer à ce 
caucus, de l'ordre de 8 à 10%, estime Jon Ralston d'après des 
données du secrétariat d'Etat du Nevada, soit 33.000 à 42.000 
personnes. 
    Cette moindre participation est liée à des questions 
d'organisation. Le parti Républicain du Nevada a changé depuis 
2012 son mode de fonctionnement en primaire, très accessible, 
pour un système de caucus, qui pourrait rencontrer des 
difficultés techniques. 
    En 2012, les responsables avaient mis plusieurs jours pour 
compter quelque 33.000 bulletins. 
    "Mardi soir, le caucus républicain s'annonce loufoque, avec 
des heures de début différentes selon les comtés et une 
organisation locale inefficace", estime l'analyste. 
 
 (Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant