Marchisio, de petit prince à sénateur

le
0
Marchisio, de petit prince à sénateur
Marchisio, de petit prince à sénateur

Sami Khedira suspendu, Claudio Marchisio devrait refaire son apparition dans le onze de départ de la Juventus face à Monaco ce mercredi. À 31 piges, dont dix passées dans l'effectif professionnel, le petit prince de Turin a bien grandi, devenant l'un des sénateurs les plus écoutés du vestiaire bianconero.

Le 15 janvier dernier, il avait fait partie des rares joueurs à accepter de s'exprimer face aux médias. La Juve venait de s'incliner face à la Fiorentina (2-1) concédant, déjà, sa quatrième défaite de la saison en Serie A. Alors les paroles d'Il Principino claquent comme un avertissement sans frais pour ses coéquipiers : "Pour l'emporter, le talent seul ne suffit pas." Coïncidence ou pas, la Juve est depuis invaincue en championnat. Et Marchisio est retourné dans le rang. En attendant de recadrer les siens dans les vestiaires ou sur le pré, à la première incartade.

Quand la Botte marche sur le Rocher

Petit prince de la mode


Aujourd'hui, Claudio Marchisio est un homme écouté. Le genre de type qu'on sonde lorsqu'il s'agit d'évoquer l'identité de la Vieille Dame, lui qui théorisait début novembre que "la base a toujours été formée par des joueurs italiens, c'est un élément très important de l'histoire de la Juve. Ces dernières années, on a gagné parce que ces joueurs-là, qui ont grandi ensemble, ont pu transmettre les valeurs du club aux nouveaux arrivants." Cette base-là, Claudio Marchisio en est issu. Même s'il n'avait pas à l'origine le profil type d'un taulier. Pur produit du centre de formation de la Juve, il est intégré au groupe pro alors que la Vieille Dame vient d'être rétrogradée en Serie B en 2006-2007, à la suite du scandale du Calciopoli. Une équipe où sa gueule d'ange et ses airs de fashion victim lui valent rapidement de gagner son surnom de Principino (le petit prince, ndlr): "Pour être tout à fait honnête, on m'a donné ce surnom dès ma première saison. J'allais aux entraînements avec des vestes élégantes et des mocassins. Forcément, dans un vestiaire rempli de champions, ça m'a valu pas mal de vannes." De fait, Claudio Marchisio est un type à la mode. Le genre de gars suffisamment transparent pour confier que l'importance qu'il accorde à son look est peut-être due au fait qu'il "accompagnait

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant