Marchés : « Valeurs aurifères, mines d'opportunités » (CPR AM)

le , mis à jour à 18:00
3

Les valeurs aurifères caracolent parmi les meilleures performances boursières depuis le début de l'année.
Les valeurs aurifères caracolent parmi les meilleures performances boursières depuis le début de l'année.

Depuis le début de l’année, l’or ne connaît pas la crise. Faisant de nouveau office de « valeur-refuge » par temps d’incertitudes économiques, le métal jaune entraine dans son sillon les valeurs du secteur aurifères. Une opportunité, estime CPR AM.

De 2012 à 2015, l’or a commencé à perdre sa réputation de « valeur-refuge ». Après un pic éphémère à 1.900 dollars/once atteint en 2011, l’or jaune a progressivement perdu du terrain dans les années suivantes, revenant sous les 1.100 dollars/once fin 2015 (-40%).

L’été dernier, l’or avait été entraîné à la baisse par la crise chinoise, l’Empire du Milieu étant le plus grand importateur d’or au monde. Les achats d’or effectués par la Banque centrale chinoise (PBoC) avaient notamment semblé se tarir plus vite que prévu. Jusqu’en fin d’année dernière, les prix de l’or suivaient ainsi la même pente que l’ensemble des autres matières premières, à l’instar du pétrole.

Pourtant, depuis le début d’année 2016, cette tendance s’inverse et la petite panique boursière de début d’année, davantage motivée par une chute des prix du pétrole que par de nouvelles inquiétudes sur la Chine, s’est traduite par un bond des prix du métal jaune.

Evolution des cours de l'once d'or, en dollars, sur les sept dernières années. Graphique : Boursorama
Evolution des cours de l'once d'or, en dollars, sur les sept dernières années. Graphique : Boursorama.

« Depuis le début de l’année, le marché de l’or a été soutenu à la fois par la baisse du dollar US et la généralisation des taux réels négatifs », explique CPR Asset Management dans son dernier « Bulletin mensuel » diffusé lundi 11 avril.

Explications : l’or étant coté en dollars, l’affaiblissement de la monnaie américaine face aux autres devises renchérit mécaniquement le prix de l’or exprimé en USD, même si son prix en euros peut rester stable. Quant aux taux réels négatifs, ceux-ci permettent de relativiser l’un des désavantages majeurs de l’or, à savoir son absence de rendement pour les investisseurs de long terme. En temps normal, l’or est en effet défavorisé par rapport aux marchés obligataires qui offrent des actifs « refuges » associés à des rendements. Or, de nos jours, la rentabilité des obligations peu risquées est devenue très faible voire négative.

Le récent rebond du métal jaune profite surtout aux entreprises du secteur aurifère, en premier lieu les mines d’or.

« Après 5 années de baisse consécutives et un repli de près de 80%, les mines d’or ont démarré 2016 sur les chapeaux de roue » commente ainsi CPR AM, qui poursuit : « Bien qu’exceptionnelle, cette reprise (+50% depuis le point bas) est loin d’effacer la chute précédente. Ainsi, les mines affichent-elles toujours un repli de presque 70% par rapport à leur sommet de 2011 (la magie des %) ».

Sur ces valeurs, « Les flux d’investissement se sont clairement inversés positivement. On a pu notamment constater depuis le début de l’année des achats nets sur les ETP [autre terme utilisé pour désigner les ETF ou « trackers »] investis en or, équivalant aux ventes cumulées des années 2014 et 2015 ».

CPR AM estime ainsi qu’« Après s’être restructurées en profondeur ces dernières années, les sociétés aurifères sont positionnées pour bénéficier à plein de toute appréciation du métal jaune. Toujours faiblement valorisé, le secteur aurifère offre un vrai potentiel, assorti d’un levier significatif par rapport à l’or physique (> 2x) ». Comprendre : une hausse de l’or de 1% a tendance à entraîner une hausse des valeurs du secteur aurifère de plus de 2%. Attention toutefois : la formule marche également en sens inverse.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c il y a 11 mois

    "Depuis le début de l’année, l’or ne connaît pas la crise."!!! Au minimum -35% sur les 3 dernières années, en effet l'or ne connait pas la crise!!! Par contre, mon contrat AV qui contenait un fonds indexé sur l'or et les mines lui connait très bien et c'est la seule ligne que je me suis dépêché de solder qui accusait une moins value sur 10 ans!!!

  • 445566ZM il y a 11 mois

    Pour rentrer dans le PEA, Euroressources (EUR), et, peut être, Auplata (ALAUP).

  • spcmg71 il y a 11 mois

    si vouz voulez eviter l afrique du sud : randgold. tres bien gere.