Marchés : tiraillés entre craintes et espoirs

le
2

Les marchés peinent à trouver leur tendance, alternant les passages dans le rouge et dans le vert avec une volatilité plutôt réduite.
Les marchés peinent à trouver leur tendance, alternant les passages dans le rouge et dans le vert avec une volatilité plutôt réduite.

Les marchés peinent à trouver une direction claire depuis quelques séances, alternant baisses et hausses à l’intérieur d’une même séance, à l’exemple de celle de ce mercredi 21 octobre. Les opérateurs semblent particulièrement tiraillés entre espoirs et craintes.

C’est plutôt l’espoir qui semble avoir repris les opérateurs en cours de séance mercredi, le CAC40 se stabilisant dans le vert aux alentours de 4.700 points, après un passage en territoire négatif en matinée. La hausse des places européennes reste mesurée, alors que peu de nouvelles fondamentales alimentent le mouvement aujourd’hui.

Malgré cette alternance de chaud et de froid au cours des dernières séances, la volatilité retombe à un niveau plus faible qu’au cours du mois de septembre (et surtout août), où les séances de fortes baisses et de forts rebonds se succédaient rapidement.

Le marché semble quelque peu paralysé par les éléments divergents qui alimentent les anticipations des opérateurs.

Les espoirs : BCE et résultats européens

D’un côté, les espoirs sont forts d’entendre demain Mario Draghi évoquer des marges de manœuvre pour une prochaine extension du « quantitative easing » de la BCE (plan de relance monétaire européen). Lire détail.

Par ailleurs, la saison des résultats ne fait que commencer en Europe, et les premiers chiffres publiés sont plutôt bons et encourageants, confirmant l’idée que les entreprises européennes ont tout de même pu respirer au dernier trimestre grâce à l’euro relativement faible, au pétrole faible et à la reprise progressive de la croissance européenne.

Les craintes : résultats américains et toujours un œil sur la Chine

D’un autre côté, quelques éléments sèment encore le doute. Le principal sujet de craintes à l’heure actuelle, rappelé par le courtier Aurel BGC mercredi, est la succession de déceptions du côté des publications trimestrielles américaines.

IBM, poids lourd de la cote, a déçu hier et perdu plus de 5% de sa valeur en bourse. Avant cela, c’était Walmart qui avait lourdement déçu les attentes des analystes et avait immédiatement été pénalisé de plus de 10% en bourse. Les résultats du T3 aux Etats-Unis étaient attendus à un niveau moins bon qu’au T2, mais pas dans les proportions communiquées par certaines entreprises.

Les opérateurs gardent par ailleurs en tête la rechute des marchés chinois enregistrée en matinée, toujours sur fond de ralentissement de l’activité industrielle dans le pays. Bien qu’il s’agisse en partie d’une consolidation technique, on remarquera que le marché chinois peut donc vite retrouver sa volatilité malgré le retour au calme des dernières séances. Un nouvel indice PMI manufacturier (à dominante industrielle) sera publié vendredi matin et pourrait participer à dessiner la tendance des marchés.

En somme, les raisons d’espoirs et les craintes ont tendance à s’équilibrer ces derniers temps, laissant les opérateurs plutôt attentistes, comme l’expriment les volumes d'échanges inférieurs à la moyenne au cours des dernières séances. À Wall Street notamment, Aurel BGC note que les  volumes ont été « inférieurs de 17% à la moyenne des derniers mois sur les valeurs du Dow Jones » lors de la dernière séance de cotation.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abbi le mercredi 21 oct 2015 à 16:52

    ou peut-être est-ce la crainte de trop d'espoir ou un espoir de moins de craintes que prévu ?

  • am013 le mercredi 21 oct 2015 à 16:31

    Le salut ne peut venir que de la macro économie or on en est très loin...