Marchés : Natixis AM anticipe une relative amélioration de la situation économique en Chine

le , mis à jour à 18:19
1

Natxis AM s'attend à "un léger mieux sur le cycle chinois au quatrième trimestre".
Natxis AM s'attend à "un léger mieux sur le cycle chinois au quatrième trimestre".

Natixis Asset Management augmente son exposition aux marchés asiatiques (hors Japon) en pariant sur « un léger mieux » des statistiques économiques au quatrième trimestre. Pour autant, la société de gestion affiche sa prudence sur les marchés européens et américains.

Natixis AM fait le pari audacieux de revenir dès maintenant vers les actions émergentes asiatiques, très pénalisées ces derniers mois. « Dans l’anticipation d’un léger mieux sur le cycle chinois au quatrième trimestre, nous passons légèrement surexposés en actions asiatiques hors Japon », explique la société de gestion jeudi 15 octobre dans une note mensuelle.

Natixis évoque néanmoins clairement sa désaffection pour le marché japonais. « Après une nette surperformance, nous avons neutralisé, début septembre, notre biais favorable aux actions japonaises (…).L'économie n'a pas réussi, avec les Abenomics, à faire contrepoids face à l'impact du ralentissement chinois. Celui-ci pénalise le commerce extérieur qui n'a plus la contribution positive malgré la baisse du yen », explique Natixis AM.

Confiance modérée sur l’Amérique et l’Europe

La société de gestion indique également avoir sous-pondéré ses positions sur les marchés américains.

De même, « En raison des incertitudes micro-économiques suite aux récents profit-warning dans le secteur des commodités [produits de base] et de l’industrie, nous restons prudents avec une position neutre sur les marchés actions européens », explique Natixis AM. Malgré le fait que « l'économie de la zone Euro reprend progressivement une allure plus robuste », la société de gestion remarque en effet que « la perception des entreprises ne s'accélère pas. Les enquêtes suggèrent une croissance voisine de 1.5% mais sans accélération ».

Pour traverser l’actuel contexte de marché qui reste assez incertain, Natixis AM détaille : « nous surpondérons les matériaux de construction, les télécommunications (pour le rendement et la consolidation), le secteur de la santé et des pharmaceutiques. Nous sommes neutres sur le pétrole, la consommation durable avec un biais légèrement positif sur le luxe, la consommation non durable, les Financières (…). Nous sous-pondérons les biens industriels (à l’exception de l’aérospatiale et de la défense), les mines (sauf le cuivre) et les Utilities ».

Natixis AM note enfin que l’« évolution de la situation économique en Grèce » fait toujours partie des « principaux risques » pour les marchés. On ne parle plus du dossier grec depuis la fin de l’été et la résolution temporaire de la crise financière traversée par le pays. Mais le montant disproportionné de la dette publique grecque reste un sujet de préoccupation à l’avenir.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hmarcus le jeudi 15 oct 2015 à 17:58

    Mouais,, et bien vu qu ils n ont pas venir la crise , on peut surtout douter de leur jugement. :o).