Marchés-Les investisseurs se préparent au retour de l'inflation

le
0
    par Jamie McGeever et Richard Leong 
    LONDRES/NEW YORK, 7 avril (Reuters) - Les craintes de 
déflation sont loin d'être totalement dissipées mais aux 
Etats-Unis et en Grande-Bretagne notamment, les investisseurs 
commencent à se préparer à l'accélération de la hausse des prix. 
    La demande d'obligations américaines indexées sur 
l'inflation (TIPS) est au plus haut depuis des années et les 
fonds d'investissement cotés (ETF) indexés sur les TIPS ont 
enregistré au premier trimestre leur meilleure performance 
trimestrielle en 12 ans.  
    De grandes sociétés de gestion comme BlackRock et Pimco et 
de grandes banques d'investissement comme Morgan Stanley 
recommandent à leurs clients d'acheter des TIPS pour se protéger 
contre le risque d'un retour de l'inflation. Citi, de son côté, 
a prévenu que la situation de "faibleflation" qui a prévalu aux 
Etats-Unis et en Grande-Bretagne ces dernières années pourrait 
arriver à son terme au moins dans ces deux pays. 
    "Même si l'inflation de base (core inflation) reste à ses 
niveaux actuels, l'achat d'un TIP délivrera un rendement 
supérieur de 70 points de base à celui d'une obligation du 
Trésor", a dit Shyam Rajan, responsable de la stratégie taux 
pour les Etats-Unis de Bank of America Merrill Lynch. 
    "Les valorisations sont très attractives. Les points morts 
d'inflation sont encore très bon marché quels que soient les 
critères retenus", a-t-il ajouté. 
    Le rendement d'une obligation du Trésor à 10 ans classique 
est actuellement de l'ordre de 1,75% et celui des TIPS de même 
échéance de 0,15%, ce qui correspond à un point mort d'inflation 
de 1,60%. Sachant que l'inflation de base atteint 2,3% en rythme 
annuel, au plus haut depuis quatre ans, les investisseurs 
peuvent dégager un rendement réel de 70 points de base. 
     
    EUROPE ET JAPON À LA TRAÎNE DES USA 
    Et ils ne s'y trompent pas. Les fonds d'investissement 
collectifs dédiés aux TIPS ont enregistré sept semaines 
consécutives de souscriptions nettes, la plus longue période 
d'achats nets sur cette catégorie de fonds en près d'un an, 
selon Bank of America Merrill Lynch. Les entrées nettes cumulées 
atteignent désormais 4,8 milliards de dollars, au plus haut 
depuis près d'un an. 
    Le principal ETF indexé sur les TIPS, dont l'encours atteint 
16,5 milliards de dollars, a affiché une performance de +4,4% 
sur le premier trimestre, sa meilleure performance trimestrielle 
depuis janvier-mars 2004. 
    "Avec le soutien à la baisse (des taux) apporté par la Fed 
et le niveau relativement bas des points morts d'inflation, nous 
pensons que les investisseurs devraient maintenir des positions 
longues sur les TIPs à 30 ans et sur les points morts 
d'inflation", recommande Morgan Stanley à ses clients. 
    Les swaps d'inflation à cinq ans dans cinq ans, considérés 
comme une mesure des anticipations d'inflation à très long 
terme, ont atteint 1,75% en fin de semaine dernière contre un 
point bas à 1,42% au plus fort des turbulences du début d'année 
sur les marchés financiers, en février. 
    Au sein de la zone euro et au Japon, l'inflation ne donne 
toutefois pas les mêmes signes de reprise.  
    Plus de 6.000 milliards de dollars d'encours d'obligations 
souveraines de la zone euro et au Japon offrent des rendements 
proches de zéro ou négatifs, un volume qui illustre les doutes 
persistants des investisseurs sur la capacité des politiques 
monétaires ultra-accommodantes de la Banque centrale européenne 
et de la Banque du Japon à relancer l'inflation. 
     
    LE PÉTROLE, FACTEUR CLÉ 
    Le rendement des obligations d'Etat allemandes à 10 ans est 
passé sous 0,10% pour la première fois en un an cette semaine et 
certains économistes évoquent la possibilité d'un maintien de 
taux d'intérêt négatifs pendant plusieurs années encore. 
    Le bref rebond des swaps d'inflation à cinq ans dans cinq 
ans dans la zone euro  EUIL5YF5Y=RR  après un plus bas à 1,36% 
au début du mois dernier ne s'est pas confirmé. 
    La demande de protection contre l'inflation commence 
pourtant à monter en Europe, en particulier chez les 
investisseurs qui cherchent à se couvrir contre le risque 
d'inflation à très long terme, note toutefois Jamie Searle, 
responsable de stratégie taux de Citi.  
    "Le rebond des TIPS américains contribue à développer le 
sentiment d'un contexte plus favorable (pour les supports de 
protection contre le risque d'inflation, NDLR). Mais c'est très 
hésitant, nous ne parlons pas d'un mouvement mondial de reprise 
de l'inflation." 
    L'évolution des cours du pétrole aura un impact déterminant 
du fait de leur forte corrélation avec celle des anticipations 
d'inflation à long terme. 
    Après un rebond de plus de 50% par rapport à leurs plus bas 
de l'année, les cours du pétrole peinent désormais à franchir 
durablement le seuil des 40 dollars le baril. 
    "S'il y a des risques de rechute des cours du pétrole avec 
la poursuite du rééquilibrage du marché, les futures à moyen 
terme (...) pourraient bien sous-évaluer actuellement 
l'évolution des fondamentaux du marché que nous anticipons", ont 
toutefois prévenu Francesco Garzarelli et Rohan Khanna, de 
Goldman Sachs, dans une étude publiée mardi.  
     
    Sur le même thème :  
    GRAPHES-L'inflation proche d'un creux, nouvelle donne pour 
les marchés   
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux