Marchés européens en hausse à mi-séance, sauf Londres et Athènes

le , mis à jour à 13:31
0

PARIS/LONDRES (Reuters) - A l'exception de la Bourse d'Athènes qui s'effondre de 20% après cinq semaines de fermeture et de Londres, qui fait du surplace à cause des minières, les marchés européens évoluent dans le vert lundi à la mi-journée, soutenus par de solides résultats d'entreprises qui éclipsent le regain d'inquiétude sur la croissance chinoise, alors que Wall Street devrait ouvrir sans grand changement.

Les transactions ont repris lundi à la Bourse d'Athènes, qui était fermée depuis le 29 juin. Vers 11h00 GMT, son principal indice plonge de 17%, avec notamment et l'indice local des valeurs bancaires accuse un recul de près de 30%.

Au même moment, le CAC 40 gagne 0,63% (32,10 points) à 5.114,71 points à Paris et le Dax avance de 0,79% à Francfort. A Londres, le FTSE s'inscrit au contraire en baisse de 0,10%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,64% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,76%.

"De nombreux investisseurs étrangers ont cessé d'accorder trop d'attention à la Grèce. Les mesures prises par la Banque centrale européenne (BCE) contribuent à limiter les retombées négatives de la Grèce", estime Andreas Clenow, de ACIES Asset Management.

Les marchés européens réagissent donc plutôt à une série de bons résultats d'entreprises, comme Heineken dont l'action affiche la plus forte progression du FTSEurofirst 300 et bondit de près de 5%.

Egalement portée par la publication de résultats favorables, Commerzbank gagne 2,55%.

Selon des données Thomson Reuters StarMine, 55% des sociétés de l'indice européen STOXX 600 ayant déjà publié leurs résultats ont livré des chiffres conformes aux attentes des analystes ou les dépassant.

En revanche l'indice sectoriel européen des ressources de base cède 0,69%.

Les marchés des matières premières creusent leurs pertes après l'annonce d'une forte contraction de l'activité manufacturière en juillet en Chine, la plus forte depuis deux ans, qui entretient l'inquiétude sur la croissance économique chinoise.

Le Brent de la mer du Nord est tombé à 51 dollars le baril, son cours le plus faible depuis la fin janvier, le contrat échéance trois mois sur le cuivre a touché un nouveau creux de six ans à Londres dans la matinée et l'or se traite autour de 1.093 dollars l'once.

Sur le marché des changes, l'euro recule de 0,27% à 1,0957 dollar avec le plongeon de la Bourse d'Athènes

(Sudip Kar-Gupta et Marc Jones; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant