Marchés : « deux scénarios s'affrontent » (Aurel BGC)

le , mis à jour le
13

Le courtier Aurel BGC analyse les deux scénarios vers lesquels les marchés boursiers pourraient se diriger dans les semaines et mois à venir.
Le courtier Aurel BGC analyse les deux scénarios vers lesquels les marchés boursiers pourraient se diriger dans les semaines et mois à venir.

Où vont les marchés ? Pour certains, la baisse des cours depuis cet été est conjoncturelle et représente une opportunité pour acheter à bon compte. Pour d’autres, plusieurs signaux confirment une dégradation ou une stagnation durable de l’économie mondiale. Aurel BGC analyse ces deux scénarios.

Aucun doute que les craintes de l’été ne sont pas encore digérées par les investisseurs. La forte baisse du mardi 22 septembre sur les marchés européens a traduit la nervosité qui agite toujours les opérateurs. Ceux-ci avaient déjà mal réagi en fin de semaine dernière après l’annonce du statu quo de la Fed sur ses taux d’intérêt, le CAC40 ayant clôturé la séance de vendredi sur une baisse de 2,5%.

On a déjà trop répété que les doutes de cet été étaient dus à une accentuation des incertitudes sur la croissance chinoise. Pourtant, les banques centrales européenne et américaine ont montré la semaine dernière qu’elles restent prêtes à agir face aux nouveaux risques de ralentissement du cycle économique.

« L’élément nouveau est la récente déclaration des banquiers centraux. Le Fed, mais aussi la BCE, perçoivent ces risques et ont adopté un discours nettement plus accommodant ces derniers mois. La BCE pourrait prolonger son programme d’achats d’obligations, et le FOMC [en charge de la politique monétaire américaine] a choisi un statu quo pour étudier les prochaines statistiques et "y voir plus clair" », rappelle le courtier Aurel BGC.

Pour autant, cette sensibilité des banques centrales face aux risques de ralentissement économique a davantage nourri les inquiétudes que la confiance des investisseurs. Aurel BGC note que ces derniers « ont recommencé à s’inquiéter de la faiblesse de la croissance économique mondiale. Dernièrement, après une nouvelle révision à la baisse, l’OCDE a confirmé que l’activité économique mondiale devrait ralentir cette année. Les marchés semblent aujourd’hui craindre une "spirale" très négative pour la croissance globale ».

Pour le courtier, « le retour de la volatilité sur les marchés traduit clairement un "conflit" entre plusieurs scénarios ».

Première possibilité : le « scénario noir »

Impossible de ne pas envisager, dans le contexte actuel, l’éventualité d’un « scénario noir », dans lequel les craintes actuelles sur la Chine et sur la croissance mondiale seraient confirmées.

Dans ce scénario, « la baisse des devises des pays émergents face au dollar induit des pressions inflationnistes dans certains pays émergents, imposant des politiques monétaires plus restrictives et pesant sur le pouvoir d’achat des ménages. Le ralentissement économique dans les pays émergents induit un ralentissement du commerce mondial. Les prix des matières premières industrielles et énergétiques pèsent sur les perspectives économiques de nombreux pays émergents et induit un mouvement de déflation dans les pays développés », entrevoit Aurel BGC.

Or, « les perspectives de croissance molle et de pressions déflationnistes ne sont pas positives pour la valorisation des bourses des pays développés », poursuit le courtier sous forme de litote.

Dans ce cadre, « les investisseurs doivent choisir les valeurs défensives et offrant un rendement important comme les secteurs des télécoms, des utilities ou de l’immobilier », explique le courtier.

Seconde possibilité : le « scénario gris »

« Un autre scénario est toutefois envisageable », dans lequel « la situation [ne serait] pas aussi grave que l’estiment aujourd’hui les marchés. Ce n’est pas un "scénario rose" mais plutôt "gris" », affirme le courtier.

En Chine, « il faut tenir compte aussi de la forte croissance dans les secteurs non-manufacturiers », même si celle-ci reste difficile à estimer avec exactitude. Relire à ce sujet : Peut-on connaître la véritable croissance de la Chine ? (Aurel BGC).

Le courtier poursuit : « un léger regain de confiance dans la croissance en Chine induirait un "cercle vertueux". Les cours des matières premières pourraient rebondir. Ce mouvement serait rassurant pour de nombreux pays producteurs de matières premières. Ce retour de la confiance dans les émergents réduirait les risques sur la croissance des pays développés et les pressions déflationnistes […]. La banque centrale américaine aura peu de motif pour ne pas remonter ses taux directeurs avant la fin d’année, car le recul de l’inflation sera réellement temporaire ». À noter que même dans ce scénario, la remontée des taux américains limiterait l’ampleur d’un éventuel rebond boursier.

Quoi qu’il en soit, dans un tel scénario, les investisseurs devraient « revenir sur les valeurs qui ont le plus souffert de la thématique chinoise comme les matières premières, le luxe ou les biens de consommation non-cycliques, ainsi que l’automobile. Par contre, les valeurs de rendement seront délaissées », explique le courtier. Les opérateurs les plus opportunistes et adeptes des prises de risques seront tentés d’agir dès maintenant, sachant que d’importantes pertes pourraient en découler.

Entre « scénario noir » et « scénario gris », l’optimisme ne semble pas débordant chez Aurel BGC. Sur la question de la Chine, les investisseurs ont été attentifs mercredi matin à la publication du PMI manufacturier chinois (à dominante industrielle), calculé sur le mois de septembre. L’indicateur est ressorti inférieur aux attentes (47,0 au lieu de 47,5 attendu), mais la faible marge d'erreur entre les prévisions et la publication n'a pas provoqué l'éventuel regain de prudence que l'on pouvait craindre.

On notera également que l’analyse d’Aurel BGC rejoint en partie le principe du « tout ou rien » sur les marchés, cher à Eric Galiègue (Cercle des analystes indépendants).

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le lundi 28 sept 2015 à 15:19

    la question dans les marchés financiers est d'avoir le bon timing et de croire à sa stratégie ! il y a déjà plusieurs mois que je dis que les marchés retourneront à la case départ; la construction du chateau de cartes n'a été qu'un pis aller pour camoufler la débacle financière qui est loin d'être finie; aucun problème de fond n'est résolu; faut-il avoir des décideurs courageux et non des pantouflards qui ne gèrent les choses qu'à court terme uniquement dans leurs propres intérêts !

  • mlemonn4 le lundi 28 sept 2015 à 15:06

    Les marchés iront encore plus bas car nous avons tout simplement oublier de changer de modèle! Ce n'est pas avec nos dirigeants issus du même moule qui nous ont mené à la catastrophe que cela changera! C'est marrant d'ailleurs, ces technocrates de fonctionnaires, n'acceptent en aucune manière l'échec des autres mais ne s'appliquent pas eux-mêmes la même règle malgré leurs échecs cuisants, répétitifs et aggravants ! Les pensées uniques sont dangereuses et dévastatrices, nous en paierons le prix !

  • s.thual le jeudi 24 sept 2015 à 01:14

    mlemon4,,,votre optimisme fait plaisir , un veritable encouragement amettre un flingue sur sa table de nuit,,*

  • M4358281 le mercredi 23 sept 2015 à 15:43

    Oui ..une ..ramasser ..! un max .. VW ..on achéte vite et vite !

  • OSS119 le mercredi 23 sept 2015 à 12:59

    Ca, c'est sûr, il y a toujours 2 scénarios (ii). Soit ça monte, soit ça baisse. Aurel, c'est eux qui disaient il y a trois ou 4 semaines : il n'y a aucune raison sérieuse que ça baisse...

  • M8664945 le mardi 22 sept 2015 à 18:10

    @mlemonn4 : si on s'en remettra l'economie reélle sera toujours la, par contre c'est peux etre la fin de l'epoque de la finance qui controle tout et qui est le seul objectif a atteindre

  • mlemonn4 le mardi 22 sept 2015 à 17:47

    Gare au procahin krack financier qui ne saurait tarder, nous nous en releverons pas !

  • jes.albe le mardi 22 sept 2015 à 17:10

    on dit scenarii pas scenarios !

  • jhernan5 le mardi 22 sept 2015 à 17:07

    En disant tout et son contraire on est sûr de son pronostic

  • patmat63 le mardi 22 sept 2015 à 17:00

    Il n4' a que les robots qu agissent pour faire monter ou descendre, tout le reste est vaste propagande.. A force de manipuler les marchés, ça peut faire mal ! Il y a un raz le bol !