Marchés : « De nouveaux risques devraient faire leur apparition » (ING IM)

le
4

La hausse des marchés de la zone euro cache des performances plus mitigées de la part des autres places financi�res mondiales.
La hausse des marchés de la zone euro cache des performances plus mitigées de la part des autres places financi�res mondiales.

Dans leur revue mensuelle intitulée le « MarketScope », les analystes d'ING Investment Management revenaient sur la récente hausse des marchés boursiers. Evoquant l'arrivée de nouvelles mitigées susceptibles de provoquer un retour de la volatilité, ING IM reste néanmoins optimiste sur les actions européennes.

« Les facteurs de crainte se sont largement estompés et, alors que de nouveaux devraient faire leur apparition, le contexte de croissance mondial demeure favorable. Nous conservons une attitude positive vis-à-vis du risque et privilégions les actions », résumaient en introduction les analystes d'ING dans leur revue mensuelle du mois de mars 2015.

Les « craintes ne manqueront pas d'apparaître »

Depuis le début d'année, les améliorations d'anticipations économiques en Europe semblent se succéder. La fin d'année 2014 avait pourtant été mouvementée alors que les élections grecques cristallisaient les craintes et que le pétrole ne cessait de plonger à des niveaux plus vus depuis de nombreuses années. Pour les analystes d'ING IM, ces anciennes craintes sont certes partiellement enterrées, mais d'autres pourraient leur succéder :

« La volatilité fera certainement son retour et de nouveaux facteurs de crainte ne manqueront pas d'apparaître. Les identifier à l'avance est quasiment impossible, mais à court terme, l'anticipation du timing ou de l'ampleur du resserrement monétaire de la Réserve fédérale américaine, la crise qui couve au Brésil ou les craintes de contagion à d'autres parties du monde émergent sont susceptibles de poser problème », affirment-ils.

Allocation d'actifs : les actions européennes restent privilégiées

Parmi les arbitrages réalisés en termes d'allocations d'actifs, les analystes du « MarketScope » précisaient : « Les fondamentaux justifient un positionnement risqué; nous privilégions les actions », mentionnant par ailleurs un « glissement des actions défensives vers les cycliques » avec une « large surpondération de l'Europe ».

Cette allocation semble ainsi suggérer qu'ING IM estime que les risques, s'ils venaient à apparaître, surviendraient plutôt dans d'autres parties du globe que l'Europe, affectant de manière modérée les marchés européens.

En dehors des marchés européens, les investisseurs restent prudents voire sceptiques

De fait, on a pu remarquer ces derniers temps que les marchés mondiaux, en-dehors de la zone euro, ont connu des évolutions relativement prudentes.

Si le CAC40 s'apprécie de presque 20% depuis le début de l'année, ce n'est pas le cas des principaux indices américains. Depuis le début de l'année, l'indice Dow Jones ne gagne que 0,9%, de même que le S&P500 s'apprécie d'un minuscule 0,1% sur la même période. Les investisseurs restent désormais prudents sur les marchés américains, où les entreprises commencent à être pénalisées par le dollar fort.

Il en va de même pour l'Inde, où l'indice Sensex gagne seulement 3,6% depuis le début de l'année, après s'être contracté au cours des trois dernières semaines. La méfiance semble gagner les investisseurs alors que les flux de capitaux se sont déjà massivement dirigés vers le pays depuis l'arrivée au pouvoir du premier ministre « pro-business » Nerendra Modi en mai dernier. Or, « la publication des chiffres du premier trimestre 2015 va commencer dans quelques jours et les prévisions ne vont pas dans le sens d'une amélioration sensible des résultats des entreprises » expliquaient lundi 30 mars Les Echos. En Inde, « il se murmure que les valorisations [boursières] ont largement dépassé les données fondamentales depuis un an », expliquait par ailleurs le « Business Standard » indien traduit par Les Echos.

C'est dans ce cadre que les marchés d'actions européens sont désormais davantage prisés des investisseurs que l'année dernière, alors que les variations mouvementées des précédentes années a laissé les valorisations boursières à un niveau plus faible que sur d'autres continents.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7188146 le lundi 30 mar 2015 à 18:30

    ING pan sur le nez le dow prend en ce moment même 1,5

  • V.BENACE le lundi 30 mar 2015 à 18:22

    Grâce à la hausse du dollar face à l'euro, les actions de la zone euro restent bon marché pour les Américains qui peuvent spéculer sur une remontée de l'euro qui compenserait un éventuel fléchissement du marché actions en Europe.

  • caacsyle le lundi 30 mar 2015 à 18:00

    zorro est arrivé

  • t_n_t le lundi 30 mar 2015 à 17:30

    et alors...