Marchés contrastés mais rebond de marge en vue pour Vallourec

le
0

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Vallourec a fait savoir mercredi qu'il restait confiant dans ses perspectives sur les marchés du pétrole et du gaz mais que la demande sur ses autres marchés restait ralentie, avec une faible visibilité.

Le producteur de tubes sans soudure en acier, dont les résultats 2012 ont pâti d'un contexte difficile sur ses marchés industriels - énergie électrique, pétrochimie, mécanique et automobile notamment -, a cependant indiqué que ses ventes et sa marge brute d'exploitation devraient progresser en 2013.

Vallourec avait dû renoncer cet été à son objectif de chiffre d'affaires pour 2012 après l'avoir déjà abaissé en mai.

Il a également subi en 2012 des retards et surcoûts de ses nouvelles usines au Brésil et aux Etats-Unis, respectivement conçues pour répondre à la demande internationale et au marché domestique du pétrole et du gaz.

"Avec la fin de ces deux projets, nous arrivons au bout d'un cycle très important d'investissements qui visait à préparer l'avenir de Vallourec en positionnant le groupe sur les marchés de croissance", a cependant souligné lors d'une conférence téléphonique le président du directoire Philippe Crouzet.

Vallourec estime ainsi que ses investissements industriels bruts devraient se situer autour de 650 millions d'euros en 2013, contre 803 millions en 2012.

"En ce début d'année 2013, la conjoncture économique en Europe continue d'être difficile et la visibilité dans le domaine de l'industrie reste limitée. Au Brésil, la production industrielle devrait s'améliorer grâce aux initiatives gouvernementales visant à stimuler la croissance", a toutefois souligné le groupe.

Alors que les prévisions tablent sur une progression du nombre d'appareils de forage en activité aux États-Unis par rapport aux niveaux actuels, même si ce nombre devrait rester à un niveau moyen inférieur à celui de 2012, Vallourec ajoute qu'il bénéficie sur le marché américain d'un "bon niveau de commandes" mais que ses prix ont été revus à la baisse.

La société a enregistré en 2012 un résultat net part du groupe de 217 millions d'euros (-46%), un résultat brut d'exploitation (RBE) de 786 millions (-16%) et un chiffre d'affaires de 5.236 millions (+1%).

Sa marge RBE/chiffre d'affaires s'est ainsi établie à 14,8% contre 17,7% en 2011, avec cependant une amélioration au quatrième trimestre à 16,1% contre 15,5% au troisième.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 211 millions d'euros, un RBE de 768 millions et un chiffre d'affaires de 5.230 millions, soit une marge de 14,7%.

Vallourec propose un dividende de 0,69 euro par action au titre de 2012, payable en numéraire ou en actions, contre 1,30 euro au titre de 2011.

Son endettement net a augmenté de 420 millions d'euros en 2012 pour atteindre 1.614 millions d'euros au 31 décembre, soit 31% des capitaux propres.

Avant ces annonces, l'action Vallourec a terminé sur un cours de 40,445 euros. Elle progresse de 2,4% depuis le début de l'année après un repli de 21% en 2012.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant