Marché: Trump pourrait dynamiser les entreprises (Fidelity).

le
0

(CercleFinance.com) - Fidelity International a publié la semaine dernière les premiers résultats d'une vaste enquête menée par 146 de ses analystes concernant les derniers événements politiques et les scrutins à venir en Europe. Ceux-ci sont intéressants à bien des égards...

Pour 72% des analystes de Fidelity qui couvrent l'actualité économique américaine, les sociétés qu'ils suivent anticipent un impact favorable de la politique de Donald Trump sur leur activité au cours des 2 prochaines années. Un score très net qui tient sa source dans les annonces faites par le nouveau locataire de la Maison Blanche concernant la réforme de l'impôt sur les sociétés, les réductions d'impôt sur le revenu et les dépenses dans les infrastructures.

Les experts pointent également l'attitude favorable de Donald Trump quant aux énergies fossiles - rappelons que ce dernier entend notamment exploiter à plein la manne des hydrocarbures de roche-mère -, sa volonté de déréglementation, une courbe des taux plus pentue ainsi que la victoire sans appel des Républicains aux élections du Congrès, ce qui devrait permettre au successeur de Barack Obama d'avoir les coudées franches et une importante marge de manoeuvre.

Parmi les analystes de Fidelity couvrant l'Europe, la proportion d'entre eux rapportant un sentiment positif de la part des sociétés qu'ils couvrent à l'égard de la présidence de Trump (39%) est en outre supérieure à ceux ayant un avis négatif sur la question (12%).

'De tous les risques politiques hors des États-Unis, le Brexit est probablement le plus important', indique par ailleurs Fidelity International. La majorité des analystes couvrant l'Europe (59 %) et plus du tiers de ceux couvrant le Japon (40 %) rapportent à cet égard que les dirigeants d'entreprises s'attendent à des répercussions 'modérément négatives' du Brexit sur leurs sociétés, 'touchant plus particulièrement les sociétés industrielles et énergétiques, les fabricants de biens de consommation discrétionnaire, les sociétés informatiques et les valeurs financières'.

Ce vote qui va amener une sortie progression de la Grande-Bretagne de l'Union européenne (UE) va sans doute aussi inciter les entreprises désireuses d'investir outre-Manche à se montrer plus réticentes, considérant en particulier le manque de perspectives sur les relations entre l'UE et le Royaume-Uni ainsi que le risque d'une fuite des cerveaux.

Enfin, parmi les analystes couvrant des régions hors d'Europe, 80% d'entre eux rapportent que les incertitudes liées aux élections en Europe et l'instabilité qui pourrait en résulter n'influeront guère sur les bénéfices des sociétés, voire pas du tout. Une nouvelle poussée populiste, en France et/ou en Allemagne principalement, pourrait néanmoins entraîner une baisse de cette proportion...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant