Marché: toujours pas de tendance pour l'euro.

le
0

(CercleFinance.com) - Mercredi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne se montrait de nouveau sans direction claire face à ses principales contreparties. Ainsi l'euro se traite-t-il ce midi 1,0858 dollar (- 0,09%), 124,13 yens (+ 0,15%), 0,7766 livre (- 0,31%) et 1,0840 franc suisse (inchangé).

Aux Etats-Unis, les résultats du “Super Tuesday”, moment clé des primaires qui précèdent les élections présidentielles aux Etats-Unis, n'ont pas fondamentalement changé la donne. Chez les Républicains, Donald Trump domine toujours largement même si au Texas, Etat important parmi ceux qui se prononçaient hier, Ted Cruz l'a emporté. Mais 'ce n'est pas suffisant pour empêcher Donald Trump de prendre de l'avance', commentent ce matin les analystes d'Aurel BGC. Même si nombres de caciques du 'Grand Old Party' ne voient pas cela d'un bon oeil.

Du côté des Démocrates, et malgré le score de Bernie Sanders, 'Hillary Clinton a clairement mis en place une dynamique qui sera difficile à inverser. En outre, elle est archi-favorite auprès des 'super délégués', ce qui peut être très utile si le partage des délégués est serré à la fin du marathon des primaires', ajoutent les spécialistes.

Bref, le tableau ne change pas fondamentalement : le schéma général présage toujours, grosso modo, d'un duel entre Donald Trump et Hillary Clinton.

Notons que la BCE réunira la semaine prochaine son conseil des gouverneurs, et que son président Mario Draghi a pré-annoncé que l'établissement réévaluerait à cette occasion sa politique monétaire. Nombreux sont les opérateurs qui attendent, au-delà d'une nouvelle baisse du taux rémunérant les dépôts des banques commerciales, une augmentation de l'enveloppe consacrée aux rachats d'actifs.

Par ailleurs, les nouvelles du Royaume-Uni restent peu engageantes, le risque d'une sortie du pays de l'Union européenne à l'issue du référendum prévu pour le 23 juin étant toujours d'actualité.

Chargé des affaires étrangères au sein du gouvernement du “Premier” David Cameron, Philip Hammond a déclaré ce matin Radio 4 que le 'Brexit' constituerait un 'risque sérieux' pour la prospérité du pays. Le gouvernement estime que les relations avec l'UE 'ne fonctionneraient pas' si le Royaume-Uni venait à en sortir.

A suivre du côté américain tout à l'heure : le “Beige Book”, nom du recueil conjoncturel publié huit fois par an par la Réserve fédérale sur la base des remontées de ses différents districts régionaux, ce soir après Bourse en Europe.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant