Marché: tiré à la hausse par les bancaires.

le
0

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes gagnent du terrain dans l'ensemble, aidées par un regain d'intérêt pour les valeurs bancaires à deux jours d'une réunion de la BCE qui verra probablement une prolongation de son programme de rachat d'actifs.

Milan s'adjuge 2%, Madrid 1,9%, Lisbonne 1,3%, Bruxelles 1,1%, Paris 0,8%, Francfort, Zurich et Amsterdam 0,4%, mais Londres marque le pas. A New York, le Dow Jones et le Nasdaq gravitent autour de leurs équilibres.

'La réaction des marchés actions au 'non' italien a été modérée, voire contre-intuitive, mais l'instabilité politique en Italie représente un réel risque pour le secteur bancaire italien dont la recapitalisation par des capitaux privés est loin d'être assuré', prévient Aurel BGC.

Selon le bureau d'études, 'la faiblesse du secteur bancaire pèse clairement sur la valorisation de l'ensemble des indices actions européens et explique en grande partie la sous-performance du marché européen par rapport à celui des Etats-Unis'.

Les banques semblent toutefois gagner en attrait aux yeux des opérateurs, à l'image de Deutsche Bank (+5,4% à Francfort) ou de Société Générale (+4,8% à Paris), dans la perspective d'une prolongation des rachats d'actifs par la BCE au-delà de mars 2017.

Toujours sur le plan des valeurs, E.ON s'adjuge 4,2% à Francfort, après une décision favorable de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe, qui a jugé qu'une 'compensation au moins partielle doit être versée pour la sortie précoce du nucléaire' en Allemagne.

A Paris, Engie s'adjuge 2,3% grâce à des rumeurs de hausses de tarifs du gaz en France de 5% au 1er janvier prochain, alors que Sanofi lâche 1,5% en raison d'un intérêt supposé du géant de la santé pour la société de biotechnologies suisse Actelion (+2,7% à Zurich).

Wolseley gagne 0,8% à Londres après le point d'activité du distributeur de matériel de plomberie au titre de son premier trimestre comptable, accompagné de propos confiants pour son profit d'activité annuel.

Du côté des données du jour, les commandes industrielles allemandes et américaines ont grimpé de 4,9% et de 2,7% respectivement en octobre en rythme séquentiel, alors que les économistes n'espéraient en moyennes que 0,6% et 2,5%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant