Marché: tente de réduire ses lourdes pertes.

le
0

(CercleFinance.com) - En dépit d'une légère remontée cet après-midi, les Bourses européennes s'inscrivent toujours nettement dans le rouge (-2,5% sur le DAX de Francfort et -1,8% sur le FTSE de Londres), l'angoisse à propos de la Chine ne parvenant pas vraiment à s'apaiser.

'La pression baissière s'accentue sur la plupart des indices boursiers mondiaux, suite au deuxième déclenchement des mécanismes dits de 'coupe-circuits' boursiers en Chine, après seulement trente minutes de séance!', soulignait ce matin XTB France.

Pour rappel, Pékin a procédé la nuit dernière à une nouvelle dévaluation du yuan, ce qui a entraîné d'importants mouvements vendeurs sur les principaux marchés actions chinois (-7% à Shanghai) et déclenché en conséquence ce mécanisme de 'coupe-circuit'.

Plusieurs sources concordantes font toutefois état cet après-midi de l'abandon de ce système en Chine, aidant ainsi les marchés actions européens à réduire modestement leurs pertes par rapport à ce matin.

'L'efficacité des nouveaux 'coupe-circuits' mis en place au niveau des marchés d'actions peut également être mise en cause et leurs jours semblent désormais comptés', estimait d'ailleurs ce matin Angus Nicholson, analyste chez IG.

Quoiqu'il en soit, le dossier chinois éclipse des données du jour plutôt satisfaisantes, à savoir une hausse de 1,5% des commandes industrielles allemandes et une baisse du taux de chômage dans la zone euro à 10,5% en novembre, un plus bas depuis octobre 2011.

A Paris, Saint-Gobain (-4,3%) essuie parmi les plus lourds dégagements sur le CAC40 (-1,5%), pénalisé par une dégradation de recommandation chez Berenberg, qui est passé de 'acheter' à 'conserver' sur le titre du groupe de matériaux de construction.

L'indice AEX plonge de 2%, dans le sillage notamment d'ArcelorMittal (-5,4%) et de Shell (-4,7%) qui pâtissent d'un contexte de marché largement défavorable aux valeurs pétrolières (près de 34 dollars le baril sur le WTI) et de matières premières.

Le BEL20 de Bruxelles connait aussi un décrochage général (-1,6%), y compris le titre de l'établissement financier KBC (-2,6%) qui a pourtant revendiqué un ratio de solvabilité II élevé dans le cadre de la réforme entrée en vigueur au 1er janvier.

A Lisbonne, où le PSI 20 dévisse de 1%, l'action du groupe de BTP Mota Engil fait figure de lanterne rouge (-3,5%) alors que le conglomérat Teixeira Duarte (+2,3%) tient au contraire le haut du pavé.

Marks & Spencer reste à peu près stable à Londres après son point d'activité au titre de son troisième trimestre comptable - accompagné d'un relèvement d'objectifs - et l'annonce du prochain départ de son directeur général Marc Bolland.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant