Marché: repli général de l'euro, le Brexit en force.

le
0

(CercleFinance.com) - Mardi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne se repliait contre toutes ses grandes contreparties, à commencer par le yen (- 0,84% à 118,81), mais aussi le dollar américain (- 0,62% à 1,1221), le franc suisse (- 0,46% à 1,0837) et enfin le sterling britannique (- 0,29% à 0,7921).

L'aversion au risque qui frappe la devise européenne peut trouver sa source dans le risque croissant de voir le Royaume-Uni quitter l'Union européenne. Extérieur à la zone euro, l'Etat britannique concentre cependant environ 17% du PIB de l'Union européenne (UE).

De plus, selon un récent rapport de la Chambre des communes britannique, en 2015, 44% des exportations et 53% des importations de biens et de services du royaume britannique étaient destinées ou en provenance de l'UE. De plus, en 2014, 48% des investissements directs étrangers au Royaume-Uni provenaient des autres pays de l'UE.

Alors que le référendum britannique s'approche (le 23 juin prochain), le camp favorable à la sortie du Royaume-Uni (le fameux “Brexit”) semble l'emporter sur l'autre, celui du “Bremain”. “Selon une nouvelle enquête d'opinion ICM publiée lundi après-midi par l'édition en ligne du quotidien The Guardian, le camp du Brexit est en tête de six points sur le 'Bremain', avec 53% des intentions de vote” rapportent ce matin les analystes de Barclays Bourse. De plus, le quotidien populaire, The Sun, fait désormais officiellement campagne pour le Brexit.

Les cambistes de Société Générale soulignent que 'selon les bookmakers, la probabilité implicite du 'Bremain' est tombée aux environs de 64%. Soit toujours nettement au-dessus que ce que prévoient les sondages et bien sûr de la barre des 50%, mais l'écart se réduit rapidement'.

Bref, “le Brexit semble devenir une possibilité que les marchés commencent à intégrer”, ajoute Barclays Bourse.

Par ailleurs, c'est aujourd'hui que commencera la réunion de deux jours du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Puis le fameux FOMC prendra fin demain soir et sera ponctué par une conférence de presse de Janet Yellen, sa présidente. Après les derniers chiffres, et notamment le décevant rapport sur l'emploi, le consensus n'attend pas de nouveau “tour de vis” monétaire.

Puis jeudi, la Banque du Japon se livrera à son tour à l'exercice.

“L'absence de publication d'indicateur économique important des deux côtés de l'Atlantique a donné peu de raison aux cambistes d'intervenir sur le marché des changes”, ajoutent de leur côté les analystes d'Aurel BGC.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant