Marché obligataire : légère tension sur les taux européens

le
0

La France et l'Espagne ont toutes deux émises des obligations ce jour. Pour les deux pays, les taux s'inscrivent en légère hausse par rapport aux dernières émissions comparables. Comme nous l'avions dit dans notre article consacré à la hausse des taux longs américains, la hausse de ceux-ci n'est pas neutre et entraine avec elle les taux du vieux continent en raison de la corrélation liant les taux d'intérêt des deux monnaies les plus importantes au niveau mondial.

La France a donc réussit sans difficulté à émettre 7,988 Md EUR d'obligations à long terme, ce qui est le montant maximum annoncé par l'Agence France Trésor qui gère la dette française. Néanmoins, elle a dû concéder un taux à 10 ans légèrement plus élevé que celui de l'adjudication du mois dernier en raison des récentes tensions sur les marchés des obligataires souverains de part et d'autre de l'Atlantique. Il faut toutefois rappelé que lors de la dernière émission d'obligations à 10 ans, le taux concédé était le plus bas de tous les temps pour la France. La hausse d'aujourd'hui n'a donc rien d'alarmant.

Le taux moyen pondéré de l'obligation assimilable du Trésor (OAT) 1,75% 2023 est ressorti à 2,04% contre 1,81% début mai.

Le Tesoro Publico, l'institut gérant les émissions obligataires espagnoles a également émis des obligations à moyen et long termes en concédant des taux d'intérêt en hausse, mais le taux d'intérêt à deux ans s'est en revanche inscrit en baisse. La courbe des taux espagnole se pentifie, ce qui est plutôt un signe de normalisation et donc bon signe.

Madrid a donc émis un total de 4,03 Md EUR d'obligations sur trois échéances différentes. Comme à son habitude depuis le début des tensions sur la dette espagnole, le Tesoro Publico a donc émis légèrement plus que la borne haute de la fourchette qu'il s'était fixé pour le montant de l'émission (l'objectif était aujourd'hui de lever entre 3 Md EUR et 4 Md EUR).

Sur la tranche à 2 ans (échéance mars 2015, d'un montant de 1,53 Md EUR), les titres ont été cédés au taux moyen de 1,903%, soit une baisse significative par rapport au 2,275% concédé lors d'une opération comparable le 21 mars dernier. Les investisseurs toujours à la recherche de rendement dans l'environnement actuel de taux bas, sont actuellement très friants des obligations des pays périphériques en voie de "normalisation" car celles-ci offrent encore des taux intéressant. Pour cette adjudication, la demande a été trois fois supérieure à l'offre.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux